Mobilité : "Apprendre le vélo aux enfants, c'est leur permettre de ne pas rester enfermés dans le quartier"

À Saint-Etienne, dans le quartier populaire et cosmopolite de Beaubrun, c'est par le vélo qu'une association veut favoriser le vivre ensemble et la mobilité des plus jeunes, mais aussi des adultes. Des cours de pilotage à la réparation, en passant par l'atelier de cuisine, plongée dans une matinée bien remplie.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Changer une roue, régler les freins, vérifier la chambre à air, il y a quelques années, pour Sarra ça aurait été inimaginable de faire de la mécanique. Avant son arrivée en France il y a quatre ans, elle n'était même jamais montée sur un vélo. 

"Maintenant, je sais rouler à vélo et je sais le réparer, ça me rend fière.", explique-t-elle en changeant une roue. Arrivée d'Algérie il y a quatre ans dans le quartier Beaubrun de Saint-Etienne, Sarra est montée pour la première fois sur une bicyclette, grâce à l'association Vélo en quartier. "Ici, je me sens en liberté. J'ai appris en six mois et j'ai obtenu mon diplôme, raconte-t-elle avec un grand sourire et un petit rire. Comme l'association me plaisait, j'ai proposé de faire les réparations et j'ai été formée par Marion." 

200 personnes formées en 2023

Avec les autres bénévoles, elle répare les vélos des habitants, ainsi que des deux roues récupérés en déchetterie. Ils sont ensuite vendus à petit prix aux habitants, pour leur permettre de se déplacer à vélo.

L'association donne aussi des cours de pilotage aux adultes et aux enfants du quartier. L'an passé, 200 personnes ont ainsi été formées à la circulation à deux roues. "C'est pour tous les âges de 3 à 70 ans", sourit Achour Bouguenna, chargé de la mobilité à vélo.

"Apprendre aux enfants à faire du vélo, c'est leur donner de la confiance et leur permettre de ne pas rester enfermés dans le quartier."

Achour Bouguenna, Vélo en quartier

Pour Eugénie Duratin, habitante de Beaubrun, avoir accès à des cours avec un professeur a été un soulagement. "Ma fille refusait de faire du vélo avec nous, elle se braquait. En venant ici et en voyant les copains, elle a appris en deux mois à faire du vélo sans petite roulette. C'est important qu'elle apprenne, car c'est une activité physique et c'est un déplacement plus écologique."

L'occasion aussi pour les enfants et les parents de ce quartier populaire de se retrouver. Pour continuer à garder ce lien, même quand il fait trop froid pour faire du vélo, l'association Vélo en quartier organise des ateliers.

De la selle à l'assiette 

Ce mercredi 7 février, une vingtaine d'enfants mettent la main à la pâte pour fabriquer des granolas, pour un petit-déjeuner sportif. Autour des tables, tout le monde s'en donne à cœur joie pour casser les amandes et touiller la préparation. "On mélange des flocons d'avoine, avec des sortes de graines", décrit Sofiane. Le jeune garçon n'a pas retenu la liste exacte des ingrédients, mais l'objectif de ce moment cuisine est bien compris. "C'est pour faire un ptit déjeuner équilibré pour avoir la forme", annonce-t-il fièrement. 

Dans la salle, des mamans sont aussi venues donner un coup de main. "C'est important d'avoir les parents, ce sont eux qui achètent et qui font les choix pour leur famille au moment des courses, explique Marine Vandeventer de l'association Vrac, qui anime l'atelier. Leur montrer qu'on peut faire des choses sophistiquées, mais qui sont accessibles financièrement."

Les granolas ont fini de cuire, il est temps de sortir les cuillères pour remplir les pots. Pas sûr que les enfants auront la patience d'attendre le prochain petit-déjeuner pour déguster leur recette, heureusement, il y a le goûter.