Mort de Michel Piccoli : "un ange qui remettait tout en jeu sur scène" selon le réalisateur lyonnais, Claude Mourieras

L'acteur français Michel Piccoli s'est éteint le 12 mai dernier, à l'âge de 94 ans. Il avait participé au tournage de "Tout va bien on s'en va" aux côté de Claude Mourieras, en 2000. Sa seule intervention en terres rhônalpines. 
 

© LAURENT GILLIERON /MaxPPP
Lorsqu'il s'est déplacé jusqu'à Lyon en 2000, Michel Piccoli savait que le personnage principal du film Tout va bien on s'en va, était taillé pour lui. 
D'ailleurs, Claude Mourieras, le réalisateur avait quasiment imaginé le rôle pour lui : "A l'époque, il incarnait le personnage du père dans le film. C'était une évidence que ce soit lui qui l'interprète. Le scénario a même été écrit par rapport à lui"

Selon le réalisateur, Piccoli avait une aura particulière lorsqu'il débarquait sur le plateau de tournage. "Chaque fois qu'il arrivait, on aurait dit un ange qui remettait tout en jeu. Il avait une grande générosité avec les autres acteurs, une envie de jouer. De se remettre à zéro"

Claude Mourieras se souvient du personnage, de l'homme, avec une grande humilité aussi. "Il fournissait beaucoup de travail, il avait une capacité à improviser et avec lui, on pouvait faire autant de prises que nécessaires, ce n'était pas un problème". L'acteur se distinguait également par son écoute et sa force de proposition qui a plu durant le tournage. 
Il n'était pas pour autant un acteur "facile", mais avec Piccoli, le réalisateur avait l'assurance "d'une générosité, un enrichissement de chacun de ses rôles dans tous les films". L'acteur n'avait pas d'acquis et se réinventait chaque fois. 

Le tournage de Tout va bien on s'en va aura duré 8 semaines au total. Les deux hommes sont restés très amis. 
La mort de Michel Piccoli a peiné l'actuel directeur de l'école de cinéma lyonnaise CinéFabrique : "on savait qu'il était très malade, affaibli. Dans ce cas -là c'est un soulagement. Mais une grande disparition pour le cinéma et le théâtre français"

Claude Mourieras gardera de lui, l'image d'un homme engagé politiquement, un homme de tous les combats. Un ami. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société cinéma culture hommage
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter