Indispensables dans les stations, des milliers de saisonniers travaillent été comme hiver pour accueillir les touristes dans les Alpes. Pisteurs, serveurs, restaurateurs, réceptionnistes, ils occupent de nombreux postes. Mais qui sont-ils et à quoi ressemble leur vie professionnelle ? 

Aux 7 laux, un début de saison compliqué par le manque de neige

En ce 10 janvier, Jacques Giroud est un saisonnier heureux. Aux 7 Laux comme ailleurs dans les Alpes, la neige n'était pas tombée depuis le 11 novembre dernier. "C'est problématique pour tout le monde" regrette Jacques, qui fait partie des 120 saisonniers de la station. Avant l'arrivée de flocons, seuls 10% d'entre eux ont été embauchés. Les autres ont bénéficié des accords de modulation du travail négociés avec les syndicats.

Une activité précaire 


"L'employeur doit douze semaines de travail, à partir du moment où on reconduit le salarié qui a été performant l'année dernière" explique Jean-François Genevray, le directeur de la station. Mais que se passe-t-il quand la saison ne dure même pas douze semaines ? 

Les saisonniers "n'auront pas le droit au chômage dans les mois qui viennent. C'est vraiment de la précarité" explique Antoine Fatiga, délégué national des remontées mécaniques. Un cas de figure moins fréquent peut être aux 7 Laux qu'ailleurs pour deux raisons majeures : des accords d'entreprise négociés dans les années 90 et le fait qu'ici les salariés sont majoritairement originaires de la région. "On a de la chance d'avoir des saisonniers qui habitent à moins de dix minutes de leur lieu de travail. On en a très peu qui sont dans l'obligation de prendre un logement deux mois à l'avance" apprécie le directeur Jean-François Genevray. 

À Prapoutel, un début de saison compliqué par le manque de neige
Intervenants: Jacques Giroud, Saisonnier aux 7 Laux ; Jean-François Genevray, Directeur Général SAEMT7L ; Antoine Fatiga, Délégué national CGT des remontées mécaniques Equipe: VIGNEAU-DUGUÉ Denis, ALBRAND Didier, HUYNH Thao - France 3 Alpes

 

Aux Deux Alpes, la vie d'Astrid est rythmée par les saisons

Il y a vingt ans, Astrid Kruiskamp quitte sa Hollande natale pour travailler pour une saison aux Deux Alpes, comme guide pour un tour-opérateur. Mais les Alpes lui ont réservé une belle surprise : "on vient pour travailler une saison, voir autre chose, mais on ne pense pas trouver l'amour de sa vie dans la station de ski" raconte-t-elle.  

Après sa rencontre avec son conjoint moniteur, Astrid s'installe donc définitivement aux Deux Alpes et travaille plusieurs années comme saisonnière, jusqu'à ce que l'office de tourisme lui propose un contrat à l'année. Elle s'empresse d'accepter. "On vit un petit rêve ici à la montagne, car c'est un lieu de vacances, et les clients sont contents car il fait beau, ou bien la neige est là. La station des Deux Alpes est un lieu magnifique, et c'est bien de donner cet enthousiasme au client" apprécie-t-elle. 

18 ans après son arrivée aux Deux Alpes, la vie d'Astrid et de son conjoint moniteur est toujours rythmée par les saisons. Seul changement : la naissance de leurs deux filles. Ils ont quitté leur petit logement pour un appartement un peu plus spacieux. "Je ne regrette pas du tout mon choix. Ma famille est désormais installée ici, et de temps en temps, je retourne aux Pays-Bas pour visiter l'autre partie de ma famille. Mais ma vie est ici." 

En plus de son travail de conseillère en séjours, Ingrid effectue cette année des contrôles auprès des établissements labélisés "famille plus" qui s'engagent dans une démarche globale en faveur de l'accueil des familles. Là encore c'est l'échange et la relation à l'autre qui comptent aux yeux de la petite saisonnière des Pays-Bas devenue aujourd'hui une véritable ambassadrice de la station des deux Alpes.


Aux Deux Alpes, Astrid travaille été et hiver
Intervenants: Astrid Kruiskamp, Conseillère en Séjours, Office du tourisme des Deux Alpes Equipe: VIGNEAU-DUGUÉ Denis, ALBRAND Didier, DUCRET Mélanie  - France 3 Alpes

Thibaut Anché, le breton amateur des pistes

Thibaut Anché est arrivé de sa Bretagne natale il y a deux ans. Passionné de grands espaces et de liberté, il a pourtant choisi un métier très à l'abri du soleil et du grand air. "J'ai fait l'école hôtelière, puis travaillé dans la gastronomie haut de gamme, mais j'ai très vite lâché l'affaire, car cela ne me convenait pas : beaucoup trop d'heures pour un salaire insuffisant et un manque de considération. Au final, ici, on est bien: on fait de la petite popote et puis voilà" raconte celui qui dirige la cuisine du Paëllou. 

C'est par hasard que Thibaut a rejoint les Deux Alpes, il y a deux ans. Il a fait le choix d'y rester pour plusieurs raisons, et notamment ses relations avec Bruno Delavoie, son patron. En tant qu'ancien saisonnier, il comprend le quotidien de ses salariés. Pour les aider à payer leur forfait pour la saison, où leur logement, il accepte de leur avancer une partie de leur salaire. 

Grâce à ces attentions, les saisonniers de Bruno reviennent d'une année sur l'autre, un atout dans un secteur où le turn-over est important. "En Bretagne, la saison dure quatre mois. Dans les Alpes, si on n'a plus que des contrats de deux mois et demi à proposer, ça devient difficile de garder les gens" explique Bruno. 

Thibaut Anché, le breton amateur des pistes
Intervenants: Thibaut Anché, Chef de cuisine au Paëllou; Les Deux ALpes (38); Bruno Delavoie; Restaurant Le Paëllou, Les Deux Alpes (38) Equipe: VIGNEAU-DUGUÉ Denis, ALBRAND Didier, DUCRET Mélanie

 

À Courchevel, la station tente de fidéliser ses saisonniers

Cette année Ryan Jurt,  jeune Isérois a décidé de faire un break dans ses études de tourisme pour aller faire la saison à Courchevel. Comme sa collègue Zoé Chiquet, il travaille à l'hôtel de la Loze, et son logement est pris en charge. 

Dans cette station qui compte plus de 4400 salariés, c'est un avantage énorme qui s'ajoute aux différentes actions mises en place par la commune.

Créé en 2001, l'espace Emploi Formation est vraiment considéré comme la maison des saisonniers. Ici tout est fait pour leur faciliter la vie. Ils y trouvent une aide en amont de la saison pour trouver un poste, mais aussi durant leur contrat. "Pendant la saison, on va les aider pour leur quotidien, leur lien social" explique Elisabeth Munier, responsable de la structure. 

Pour améliorer l'accueil des saisonniers, ce qui caractérise la station de Courchevel, c'est la synergie impulsée par la commune entre l'espace Emploi Formation, le CCAS, Courchevel tourisme et les employeurs.

"Le confort d'un employeur, c'est avant tout la fidélisation de leur personnel. Ils sont très exigeants pour le niveau de compétence, d'accueil, de qualité du travail. Un saisonnier heureux est un saisonnier qui est bien logé et qui peut amener toute sa compétence au service des employeurs" détaille Josette Richard, adjointe en charge de la vie locale. 

Parmi les exemples de cet effort au service des saisonniers, un immeuble flambant neuf qui a ouvert ses portes en novembre 2015.  Il propose des appartements, plusieurs studios de 30 m carrés et tout le confort nécessaire au quotidien des salariés logés par leurs employeurs avec l'aide du CCAS.

À Courchevel, la station tente de fidéliser ses saisonniers
Intervenants: Ryan Jurd, Chasseur Voiturier Bagagiste, Hotel de La Loze ; Zoé Chiquet, Réceptionniste Hotel de La Loze, Elisabeth Mugnier, Responsable espace Emploi Formation ; Josette Richard, Adjointe en charge de la vie locale ; Valérie Leger, Responsable du CCAS ; Guy Deleris, Meilleur Barman de France, Hotel Annapurna Equipe: VIGNEAU-DUGUÉ Denis, ALBRAND Didier, HUYNH Thao