Médecine : le numerus clausus augmente à la fac de Clermont

L'an prochain, les étudiants en deuxième année de médecine à la faculté de Clermont-Ferrand seront plus nombreux. La ministre de la santé Marisol Touraine a en effet annoncé l'augmentation du numerus clausus dans plusieurs régions touchées par la désertification médicale. 

Les médecins vont-ils revenir s'installer en Auvergne ? C'est en tout cas la volonté de Marisol Touraine, expliqué dans son Pacte Territoire Santé. Pour 2016, la Ministre de la Santé a décidé d'augmenter de 10% le nombre d'étudiants admis au concours de médecine de Clermont-Ferrand. L'an prochain, ils seront donc 196 étudiants en 2e année, contre 178 jusqu'à présent.


Former plus de médecins dans la région Auvergne, c'est avoir plus de chances de les garder. Mais il faut pouvoir les fidéliser. On parle beaucoup de la qualité de vie actuellement, et l'Auvergne est une région où il y a une bonne qualité de vie. Je pense que ça peut intéresser des médecins en grand nombre formés à Clermont-Ferrand. Jean Chazal, Doyen de la faculté de médecine de Clermont-Ferrand.


Actuellement, plus de 300 000 auvergnats vivent dans une zone où l'offre médicale est fragile. Malgré cette problématique, l'Auvergne ne semble toujours pas la destination privilégiée des futurs médecins. Des futurs médecins qui préfèrent également exercer dans les hôpitaux plutôt qu'en libéral. Pour le syndicat des médecins généralistes, la désertification médicale n'est pas prête de s'achever.
L'an prochain, les étudiants en deuxième année de médecine à la faculté de Clermont-Ferrand seront plus nombreux. La ministre de la santé Marisol Touraine a en effet annoncé l'augmentation du numerus clausus dans plusieurs régions touchées par la désertification médicale. Intervenants : Jean Chazal (Doyen de la faculté de médecine de Clermont-Ferrand), Amandine Beaune (Etudiante en médecine à Clermont-Ferrand), Guillaume Furnon (Etudiant en médecine à Clermont-Ferrand), Dr Fabien Ruaud (Président du syndicat MG France-Auvergne)