Le mouvement social chez Tecumseh commencé à Cessieu fait tâche d'huile

Tandis que l'usine de Cessieu en Nord-Isère est toujours bloquée, les salariés de l'autre site de production isérois de La Mure et ceux du siège social à Vaulx-Milieu ont également débrayé en signe de solidarité. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Le rapport se durcit entre la direction du fabriquant de compresseurs pour chambres froides et ses salariés. Le mouvement de grève qui a commencé mardi sur le site de Cessieu s'est répandu dans les bureaux du siège social où un débrayage de deux heures a été suivi mercredi. Le site de la Mure a lui aussi cessé le travail faute d'être fourni par l'usine de Cessieu et par solidarité. 

Ce vendredi matin une délégation de salariés s'est rendue au siège social pour tenter de faire avancer les négociations. Les revendications portent notamment sur une hausse de salaire de 100 euros brut par mois. L'ampleur du mouvement reflète aussi l'inquiétude des salariés concernant la réorganisation de l'entreprise. Le projet de transformation des établissements Tecumseh en SAS (sociétés par actions simplifiées) fait craindre au personnel un recul des investissements sur les sites français.