Nucléaire : EDF envisage une mise à l'arrêt de réacteurs dans les centrales de la région

Dans le cadre de la "feuille de route énergie", EDF a proposé au gouvernement d'étudier la mise à l'arrêt de paires de réacteurs sur différents sites français, dont ceux du Bugey, dans l'Ain, de Cruas, en Ardèche, et du Tricastin, dans la Drôme.
Les tours de refroidissement de la centrale nucléaire du Bugey dans le département de l'Ain
Les tours de refroidissement de la centrale nucléaire du Bugey dans le département de l'Ain © Vincent Isore / Maxppp
Le gouvernement a ouvert lundi à la consultation publique son projet de feuille de route énergétique pour la France à l'horizon 2028. Il prévoit, notamment, de baisser la part du nucléaire pour favoriser les énergies renouvelables. Les réacteurs les plus anciens sont dans le viseur.

Cette programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) pour 2019-2028, esquissée fin 2018 par le président Emmanuel Macron, avait donné lieu à un premier projet présenté il y a un an. Une nouvelle version, ainsi que la Stratégie nationale bas carbone à horizon 2050, est désormais ouverte pour consultation publique jusqu'au 19 février.

14 réacteurs visés

Sur le nucléaire, le gouvernement confirme l'objectif de fermer 14 réacteurs d'ici 2035, dont les deux de la centrale de Fessenheim qui doivent s'arrêter cette année. "EDF a proposé au gouvernement d'étudier la mise à l'arrêt de paires de réacteurs sur les sites de Blayais, Bugey, Chinon, Cruas, Dampierre, Gravelines et Tricastin", détaille le texte. 

Ce choix est sans surprise car il s'agit de réacteurs de 900 MW, les plus anciens. Tous ces sites comptent aujourd'hui 4 réacteurs ou plus, si bien que l'arrêt de deux réacteurs ne s'y traduira pas par une fermeture de centrale, conformément aux souhaits de l'exécutif.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nucléaire environnement