#OnVousRépond : pas de contrôle continu en BTS, vacances confinées, la détresse des étudiants accentuée ?

La polémique sur le maintien en présentiel des épreuves de BTS fait rage en cette mi-avril. Ces étudiants qui dépendent des lycées réclament un contrôle continu. Quelle réponse du ministère ? Et qu'en est-il des vacances qui approchent ? Les étudiants resteront-ils confinés ? #OnVousRépond.

En détresse, les étudiant(e)s lancent un SOS lors d'une manifestation contre leur précarité qui s'est accentuée avec l'épidémie de Covid-19. Paris, 16 mars 2021.
En détresse, les étudiant(e)s lancent un SOS lors d'une manifestation contre leur précarité qui s'est accentuée avec l'épidémie de Covid-19. Paris, 16 mars 2021. © Bertrand Guay/AFP

Si les écoles, collèges et lycées sont fermés depuis le 6 avril 2021 pour trois semaines de vacances, les étudiants, eux, sont toujours sur le pont. Pour eux, les cours s'arrêtent la semaine prochaine. Peuvent-ils rentrer chez leurs parents ? Où réviser avant leurs examens ? Que va-t-il se passer pour les épreuves de BTS ? #OnVousRépond.

► Comment ça va se passer pour les examens finalement des BTS ? (Nico, Provence-Alpes-Côte d'Azur)

Répondre à cette question nécessite un éclairage sur la situation de ces étudiants qui, depuis quelques jours, expriment en masse leur détresse sur les réseaux sociaux. Les étudiants en BTS ont commencé à passer des épreuves pour valider leur année. Des examens organisés en présentiel avec parfois, des étudiants positifs Covid. 9 avril 2021 : Houssam Legdali passe une épreuve de langues vivantes étrangères dans une école de Lyon dans le cadre de son BTS. Deux jours avant, il a un peu mal à la gorge, se dit que ce n'est pas grand-chose. Mais après avoir planché sur son examen, il décide de faire un test. Il est positif Covid.

"En raison des mesures sanitaires renforcées, les examens et partiels prévus au mois d’avril doivent être organisés en distanciel. S’ils ne peuvent être réalisés à distance, ils doivent être reportés au mois de mai. Les enseignements en BTS et en classes préparatoires étant rattachés aux lycées, ils continuent à se tenir en partie en présentiel", peut-on lire ce 19 avril 2021 dans la rubrique questions/réponses, sur le site du Gouvernement.

En clair, les étudiants en BTS seraient donc les seuls à ne pas bénéficier d'aménagements pour la validation de leur cursus : "il faut une certaine cohérence, il n'y a pas de discrimination possible lorsqu'il s'agit du droit à la santé", déclare aujourd'hui Me Vincent Brengarth. L'avocat parisien a été contacté par une étudiante en BTS, et il va déposer un recours devant le Conseil d'Etat. La situation est "surréaliste" dit-il, "on est en train de forcer la tenue de ces examens au risque de contaminations, avec des variants qui, aujourd'hui, touchent des populations plus jeunes".

Pour répondre à la question de Nico, officiellement et après une semaine de polémique, rien n'a véritablement changé. Pour l'heure, les épreuves de BTS sont maintenues telles que prévues dans les différentes académies et établissements scolaires. En ce 19 avril 2021, la solution du contrôle continu adoptée en 2020, n'est toujours pas reconduite.

La réponse du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation est parvenue le vendredi 16 avril. "Nous ouvrons à titre exceptionnel une session de rattrapage à destination de l’ensemble des candidats qui n’auraient pas pu valider leur diplôme". Concernant les stages, "des modalités plus souples" sont annoncées : possibilité de fragmenter les quatre semaines, et "mises en situation professionnelles dans l'établissement de formation" en complément si nécessaire.

Si vous devez passer une épreuve en présentiel, il faut donc vous munir de l’attestation de déplacement dérogatoire, et cocher la case : "déplacement pour un concours ou un examen", ainsi que de votre convocation à l’examen et d’une pièce d’identité.

► Mon fils étudiant à l'université de Nantes termine ses cours le 23/04. Il doit passer des examens à partir du 10 mai uniquement. Peut-il rentrer chez nous les parents habitant en Isère ? (Dominique, Auvergne-Rhône-Alpes) / M. Macron a accordé aux étudiants de suivre les cours en présentiel dans les écoles qui le permettent. Les étudiants qui sont originaires d'une ville différente de celle du lieu d'enseignement peuvent-ils donc retourner dans leurs familles pour leurs vacances scolaires la semaine prochaine ? Quelle attestation doivent-ils remplir ? (Mumsof31, Occitanie)

Sur la ligne 1 de la dernière attestation de déplacement dérogatoire figurent les trajets "entre le domicile et le lieu de travail ou d’enseignement ou de formation". Mais qu'en est-il pendant les vacances ? C'est la question que se posent bon nombre d'étudiants et de parents à l'approche de plusieurs jours exemptés de cours afin de préparer leurs examens.

Officiellement, un déplacement de plus de 10 kilomètres de son domicile sans motif impérieux n'est pas autorisé. Quitter Nantes pour aller rejoindre ses parents en Isère ne semble pas possible, à moins d'une situation d'urgence familiale ou médicale qu'il vous faudra justifier.
Nous avons posé la question au service presse d'une université et même d'un rectorat. À chaque fois, la réaction affiche une même tendance : pourquoi n'y aurait-il pas une tolérance pour les laisser rentrer chez eux ? Mais voilà, les services de la préfecture du Rhône nous indiquent que c'est la même règle pour tout le monde.

Lors de l'annonce des mesures renforcées pour freiner l'épidémie de Covid-19 début avril 2021, le président de la République avait annoncé une période de tolérance. Notamment pour rejoindre un lieu de confinement pour les quatre semaines à venir. Depuis le 6 avril, c'est terminé. Les étudiants vont devoir passer leurs journées libres dans la ville où ils étudient, à moins d'être rentrés chez leurs parents lors du week-end de Pâques ou d'avoir un motif (et justificatif) de déplacement impérieux.

Face à cette réponse, certains pourraient en prendre un coup à un moral déjà en berne. "Le ras-le-bol est palpable"confirme Madeleine Chevauchet. Mais plus que les vacances, c'est la "thématique des examens et leurs modalités d'organisation qui changent au dernier moment qui génèrent beaucoup de stress et de panique", selon la vice-présidente de GAELIS, Fédération d'associations étudiantes de Lyon. "Certaines filières sont encore dans le flou total concernant le passage des épreuves du premier semestre auxquelles certains n'ont pas pu se rendre car positif Covid ou cas contact". Autant dire que l'année universitaire n'aura pas été de tout repos cette année encore. Le Gouvernement a d'ailleurs mis en place un dispositif d'aide psychologique comprenant trois séances gratuites pour les étudiants qui en ressentent le besoin.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
#onvousrépond société université éducation vacances sorties et loisirs famille confinement : conseils pratiques santé covid-19