Cet article date de plus de 5 ans

Pédophilie: le pape n'a pas tous les éléments sur Barbarin (association de victimes)

Le pape François n'a pas tous les éléments pour pouvoir exclure une démission du cardinal Barbarin, a estimé lundi l'association lyonnaise des victimes de prêtres pédophiles, alors qu'une source proche de l'archevêque a vu "une parole de confiance" dans les propos du Saint-Père.
© France 3 RA
"Il lui manque pas mal d'éléments pour se faire une idée claire de la situation. Je pense que le pape n'a pas tous les tenants et les aboutissants pour considérer que le cardinal Barbarin doit rester en place", a déclaré François Devaux, un des fondateurs de La Parole Libérée.

François Devaux, partie civile dans un dossier de prêtre pédophile, est également à l'origine d'une plainte pour non-dénonciation d'agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans visant Mgr Philippe Barbarin.

Dans un entretien à paraître aujourd'hui dans le quotidien La Croix, le pape François a estimé qu'une démission du cardinal Philippe Barbarin serait "un contresens". Le prélat est mis en cause pour ne pas avoir dénoncé à la justice des affaires de pédophilie et d'agressions sexuelles dans son diocèse de Lyon.

Le diocèse n'a pas fait de commentaire officiel. Une source proche du cardinal a seulement souligné que le pape s'exprimait là pour la première fois directement sur l'affaire et que c'était "une parole de confiance entre deux hommes qui se connaissent et qui s'estiment".

"On a confirmation que le pape est au courant de la situation à Lyon et c'est donc une bonne chose. Mais il faut écouter, entendre et accepter de voir les dysfonctionnements", a poursuivi de son côté François Devaux. "On peut supposer qu'il n'est pas conscient de l'omerta qui a régné dans le diocèse", a poursuivi ce trentenaire, co-fondateur de l'association de victimes à l'origine du scandale qui secoue l'Église catholique en France.
François Devaux qui réitère la demande de rendez-vous déjà formulée par La Parole Libérée auprès du Saint-Père, considère que "la seule réponse du Vatican ne doit pas se limiter à la réponse judiciaire française" car "il y a un problème moral qui est posé à l'Église".
"Il faut que les parties se comprennent. La conférence des Évêques, le nonce nous redirigent sur le cardinal Barbarin. Or l'homme qui est à l'origine des problèmes ne peut pas être l'homme de la solution. Ses manquements ont été prouvés de manière factuelle, tout du moins sur un plan moral", a-t-il poursuivi.
 
durée de la vidéo: 01 min 24
Le pape François soutient le cardinal Barabarin

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société international procès barbarin justice