Le laboratoire lyonnais Sanofi-Pasteur abonde difficilement à la production des vaccins tétravalents dont le DT Polio. En cause selon le labo pharmaceutique : une demande en hausse et l'arrêt de la production dans un labo concurrent.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Ces vaccins sont, d'après le laboratoire pharmaceutique français, complexes à fabriquer. Ils demandent plusieurs étapes de mise au point et de validation ainsi que de longs temps de cycles. Sans négliger le fait que si un lot de vaccins est perdu, pour des causes médicales et sanitaires, il faut environ deux ans pour le remplacer.
Tout ceci expliquerait la tension que les officines de pharmacie connaissent depuis plusieurs semaines sur ces vaccins principalement destinés aux nourrissons et aux enfants. 

Reportage signé Sylvie Cozzolino et Edouard Blaise 



La rupture de stocks serait aussi liée à l'arrêt de la production du même type de vaccin chez un concurrent du labo lyonnais.

Il existe bien un autre vaccin, anglais et octovalent, autrement dit qui agit sur huit maladies. Mais la valence concernant l'hépatite B repousse certains pédiatres et parents à le faire administrer. De plus, dans un rapport publié par ce même laboratoire britannique, il est fait mention de 1742 incidents dans quarante-et-un pays. 
Bref, les professionnels de santé et les parents attendent avec impatience le vaccin "made in Lyon". Selon Sanofi-Pasteur, on devrait renouer avec un approvisionnement normal à la fin de l'année.