• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

La population de loups augmente plus vite que prévu, surtout dans les Alpes

La population de loups continue d'augmenter en France. / © RAYMOND ROIG / AFP
La population de loups continue d'augmenter en France. / © RAYMOND ROIG / AFP

C'est officiel : il y a désormais plus de 500 loups en France, soit une centaine de plus que l'an dernier. Sa population augmente plus vite que prévu, le nombre d'animaux pouvant être abattus va donc augmenter cette année.

Par MD avec AFP

La population de loups a significativement augmenté en un an. On dénombre maintenant 530 adultes en France contre 430 un an plus tôt, permettant de "résister au risque d'extinction" selon le plan loup adopté en 2018. Maintenant que le cap des 500 individus, fixé comme "seuil de viabilité démographique", a été atteint, le nombre d'animaux pouvant être abattus va augmenter.

Et ce seuil, qui représente l'aptitude d'une population à moyen terme (100 ans), a été atteint plus vite que prévu. Le plan loup ne prévoyait son dépassement qu'en 2023. Selon le bilan hivernal de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) publié vendredi 7 juin, la croissance de la population s'effectue "essentiellement par une densification" dans l'arc alpin. Mais cette espèce protégée a également colonisé de nouveaux territoires : des loups ont été détectés dans les Pyrénées-Atlantiques, dans la zone Aube-Yonne, et dans de nouvelles zones du Massif central.
 

A partir de relevés de traces effectués sur le terrain, forcément partiels, et d'un modèle mathématique, l'estimation moyenne du nombre d'individu a été fixé à 530 avec un intervalle de 479 à 578. Ces carnivores, éradiqués dans les années 1930 et revenus naturellement par l'Italie dans les années 1990, se concentrent dans les Alpes, le Sud-Est et l'Est. La présence de plus en plus importante du prédateur est combattue par les éleveurs qui dénoncent les attaques contre leurs troupeaux.

En 2018, 3 674 attaques ont ainsi eu lieu contre plus de 12 500 animaux, principalement des ovins. Une carte publiée vendredi par l'ONCFS montre que ces attaques se concentrent principalement dans les Alpes, notamment en Savoie, et dans quelques foyers à la frontière entre les Vosges et la Meurthe-et-Moselle et dans le sud de l'Aveyron. Le préfet du Rhône, préfet coordonnateur du loup, a immédiatement annoncé que le plafond de prélèvement pour 2019 passerait à 53 loups. Depuis le début de l'année, 38 animaux ont déjà été tués.

 

"Prédation hors du commun"


Mais surtout, le dépassement du seuil des 500 "va conduire à l'activation de nouvelles mesures de gestion telle que prévue dans le cadre de l'évolution" du plan loup, a souligné l'ONCFS. Le gouvernement, confronté à la colère des bergers, avait anticipé le chiffre, annonçant fin mai de nouvelles mesures, qui ne satisfont ni les éleveurs ni les défenseurs de cet animal protégé.

"Nous considérons que le loup n'est plus une espèce en voie de disparition, ce qui est une bonne chose pour la biodiversité, a déclaré le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume. Nous en sommes par contre, pour la prédation, à un niveau hors du commun (...) Nous avons besoin d'apporter un soutien fort et plein aux éleveurs. Leur bien-être est notre priorité".
 

La mesure prévue la plus symbolique est le relèvement du pourcentage de loups pouvant être tués, de 10-12% à 17-19%, comme déjà annoncé en mars par Emmanuel Macron. Un projet d'arrêté prévoit aussi de revoir les conditions dérogatoires permettant d'effaroucher ou de tuer des loups, même si l'espèce est protégée aux niveaux français et européen.

L'Etat finance actuellement des dispositifs de protection dans les zones de prédation (parcs électrifiés, chiens, gardiennage par des bergers). Dans ces foyers de prédation, les mesures de protection seront renforcées pour permettre un gardiennage 24h/24 des troupeaux par des bergers. Les conditions dans lesquelles sont effectués les tirs dans certaines zones sont facilitées, pour les rendre plus efficaces et des tirs pourront avoir lieu dès le 1er juillet, contre septembre auparavant.
 

Selon la feuille de route sur les ours publiée jeudi, le gouvernement prévoit également d'instaurer un "dispositif d'indemnisation harmonisé" pour les pertes imputées aux loups, aux ours et aux lynx, "qui se traduira par un effort financier conséquent sur les barèmes d'indemnisation". Mais ces indemnisations restent conditionnées à la mise en place de mesures de protection des troupeaux contre les loups.

 

Sur le même sujet

A Moulins, le boom de la vente en vrac

Les + Lus