Portiques de sécurité: blocus des élèves au lycée Hector Berlioz de la Côte-Saint-André

Publié le Mis à jour le
Écrit par Franck Grassaud
Lycée de la Côte-Saint-André
Lycée de la Côte-Saint-André © Jordan Guéant

La proposition de Laurent Wauquiez d'équiper les lycées de portiques de détection ne passe pas en Isère. Après le lycée de Moirans, qui devait être pilote du dispositif et qui accepte "juste" les tourniquets, une opposition est née à La Côte-Saint-André où 250 élèves bloquent l'établissement. 

Ce jeudi 17 mars au matin, à l'ouverture du lycée Hector Berlioz, des lycéens ont organisé un blocus pour protester contre "la mise en place de dispositifs de régulation des entrées dans le lycée, proposée par la Région tels que des portiques et des tourniquets". "Nous pensons que ce projet serait trop coûteux, puisqu'il s'élèverait à au moins 100.000 euros", ont expliqué les manifestants, "ce serait en plus inefficace car la fraude est simple". Et d'ajouter: "ces moyens seraient beaucoup plus appropriés à des postes tels que la rénovation de l'isolation des locaux et l'amélioration du réseau informatique". Un mouvement soutenu par le corps enseignant qui compte s'inviter au Conseil d'Administration où le projet doit être soumis au vote dans la soirée. 

A Moirans, toujours en Isère, où des portiques devaient être installés rapidement, on ne parle plus maintenant que de 6 tourniquets qui devraient être installés pendant les vacances de Pâques. Les élèves seront munis de badges pour passer les tourniquets. Fin janvier, fraîchement élu, Laurent Wauquiez s'était rendu à Moirans, annonçant une expérimentation d'installation de portiques de détection dans quinze lycées, désignant l'établissement de Moirans comme lycée-pilote.

Reportage de Jérôme Ducrot, Jordan Guéant & Virginie Muamba
durée de la vidéo: 01 min 32
Blocage au lycée Berlioz La Côte Saint-André

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.