Le préfet de l'Isère souhaite une expulsion rapide des opposants au Center Parcs de Roybon

Ce mardi 16 juin, lors d'un point presse, le préfet de l'Isère a fait part de son souhait de procéder à une expulsion des militants opposés au Center Parcs au mois de juillet. Si, évidemment, le tribunal administratif rejette les recours des opposants.

© France 3 Alpes
"Si les conditions juridiques sont réunies, je n'attendrai pas. Dès qu'on aura connaissance des décisions (de la Justice), on le fera (...) même si juillet n'est pas la meilleure période pour une évacuation", a déclaré le préfet Jean-Paul Bonnetain. 

Le tribunal administratif de Grenoble doit examiner le 2 juillet les recours des opposants contre deux arrêtés préfectoraux autorisant le projet.

La semaine dernière, le rapporteur public avait demandé au Conseil d'État d'annuler une décision de ce même tribunal qui avait suspendu un de ces arrêtés en décembre, dans le cadre d'une procédure d'urgence.

La "zone à défendre"

Si le Conseil d'État et le tribunal administratif décident finalement de valider les arrêtés préfectoraux, l'État et le groupe Pierre & Vacances devront alors demander à la Justice l'autorisation de recourir à la force publique pour expulser les militants hostiles au projet. Ces derniers ont fait du chantier de Pierre & Vacances une "zone à défendre" (ZAD). 

Les "zadistes" occupent depuis début décembre une maison appartenant à l'Office national des forêts (ONF) à proximité du chantier du Center Parcs, dont ils bloquent l'avancement. Une fois l'évacuation terminée, "des travaux de clôture seront engagés très rapidement", a indiqué le préfet.

Le village de vacances, avec un millier de cottages prévus autour d'une bulle tropicale, doit s'étendre sur 202 hectares au coeur de la forêt de Chambaran. Environ 40 hectares de forêt ont déjà été défrichés sur les 80 prévus.

L'arrêté de défrichement de Pierre & Vacances arrive à expiration mi-juillet. Mais le gouvernement a pris un décret, publié samedi au journal officiel, permettant aux préfectures de prolonger ce type d'arrêté pour une durée maximale de trois ans en cas de recours au tribunal ou "d'impossibilité matérielle d'exécuter les travaux de défrichement".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
projet center parcs société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter