Près de 200 personnes manifestent contre le début des travaux du Center Parcs à Roybon

La maison dans laquelle se sont installés quelques opposants au Center Parcs. / © Marion Feutry / France 3 Alpes
La maison dans laquelle se sont installés quelques opposants au Center Parcs. / © Marion Feutry / France 3 Alpes

Indignés par la vente des terrains, signée vendredi 17 octobre par le maire de Roybon, et l'annonce du début des travaux dès ce le lundi 20 octobre, les opposants au futur Center Parcs Isère ont manifesté en silence ce matin contre le projet alors que les travaux doivent débuter cette semaine. 

Par France 3 Alpes avec l'AFP

Ce matin, vers 8h30, plusieurs manifestants se sont rassemblés en silence, un bâillon sur la bouche, à la lisière du bois des Avenières route de la Perrache, où doivent débuter les travaux du futur Center Parcs de Roybon.

Ils se sont bâillonnés ou scotchés la bouche pour "symboliser le muselage dont le peuple est victime". Cette manifestation fait suite à la vente de la ferme du Bois des Avenières signée par la commune de Roybon vendredi. 

Ils n'ont pas supporté que l'enquête publique leur donne raison et que, après selon eux "un tour de passe-passe", le préfet valide malgré tout le projet le 3 octobre dernier, éclairé par le Conseil Départemental de l'Environnement et des Risques Sanitaires.

Ils dénoncent le "déni de démocratie" et le "démarrage des travaux de ce projet néfaste imposé".

Les manifestants ont dénoncé un "type de projet contraire à l'intérêt général" et réaffirmé leur détermination à "porter à nouveau devant le tribunal ce qui se cache derrière le monde enchanté de Center Parcs".

Manifestation des opposants au Center Parcs de Roybon
Intervenants: Stéphane Péron, Association "Pour les Chambaran sans Center Parcs"; Henry Giroud, Association "Pour les Chambaran sans Center Parcs"; Serge Perraud, Maire de Roybon; Eric Magnier, Directeur développement Center Parcs

Ce rassemblement survient trois jours après la signature de l'acte authentique d'achat des 200 hectares de terrains boisés du futur complexe touristique par son promoteur, le Groupe Pierre et Vacances, et l'annonce du coup d'envoi des travaux cette semaine.

Ils veulent couper l'herbe sous le pied à toute possibilité de recours en justice.


"Ils veulent couper l'herbe sous le pied à toute possibilité de recours en justice. Il y a 3,5 millions de personnes mal logées en France et on ne trouve rien de mieux que d'utiliser l'argent public pour construire une bulle tropicale dans nos forêts pour empêcher un groupe en perte de s'effondrer. On nous demande de nous taire", a fustigé Stéphane Peron, président de l'association d'opposants "Pour les Chambaran sans Center Parcs".

Depuis quatre ans, les promoteurs du projet et leurs opposants se livrent une bataille judiciaire sans relâche. Vendredi 3 octobre, le préfet de l'Isère a finalement pris un arrêté qui valide le projet, après un avis consultatif favorable du Conseil Départemental de l'Environnement et des Risques Sanitaires.

L'enquête publique avait pour sa part rendu cet été un avis défavorable, pointant notamment l'impact néfaste du futur complexe touristique sur l'environnement.

Nous allons déposer deux recours devant le tribunal administratif.


"Les jours qui viennent seront décisifs. Nous allons déposer deux recours devant le tribunal administratif, le premier relatif à la Loi sur l'eau et l'autre à la préservation des espèces protégées", a précisé Stéphane Peron, dont l'association compte le soutien des élus écologistes locaux.

Imaginé au coeur de la Forêt de Chambaran, située sur la commune de Roybon, en Isère, le projet prévoit la construction d'un millier de bungalows.

Les dernières avancées concernant les autorisations et la vente des terrains ont permis de lancer la phase opérationnelle du Center Parcs Isère. Aujourd'hui, des géomètres ont procédé au balisage de la future piste forestière.

Les travaux de défrichement doivent également démarrer cette semaine. Le chantier de défrichement est conduit sur la période hivernale pour tenir compte des précautions environnementales. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Lyon : nouveau dérapage du Petit Paumé

Les + Lus