Des actes de torture et de barbarie jugés aux assises du Puy-de-Dôme

Les jurés de la cour d'assises du Puy-de-Dôme examinent à partir du lundi 25 septembre une affaire particulièrement violente. Torture et barbarie lors d'actes sexuels. La victime, une femme de 47 ans, est décédée d'une hémorragie. / © Fred TANNEAU / AFP
Les jurés de la cour d'assises du Puy-de-Dôme examinent à partir du lundi 25 septembre une affaire particulièrement violente. Torture et barbarie lors d'actes sexuels. La victime, une femme de 47 ans, est décédée d'une hémorragie. / © Fred TANNEAU / AFP

Les jurés de la cour d'assises du Puy-de-Dôme examinent à partir du lundi 25 septembre une affaire particulièrement violente. Torture et barbarie lors d'actes sexuels. La victime, une femme de 47 ans, est décédée d'une hémorragie.

Par Valérie Riffard

A partir du lundi 25 septembre les jurés doivent se prononcer sur une affaire d’actes de torture et de barbarie ayant entrainé la mort sans intention de la donner, une qualification relativement rare aux assises.
Sylvie D., 47 ans, a perdu la vie après avoir subi des actes sexuels particulièrement violents de la part de son compagnon.
Le 5 juin 2014, au petit matin, les gendarmes de Pont-du-Château sont appelés à Malintrat par un homme qui leur explique que sa compagne a tenté de mettre fin à ses jours. Mais une fois sur place, ils découvrent une scène d'horreur, puisque le corps de Sylvie gît sur le sol du couloir dans un bain de sang.
Rapidement, les pompiers constatent le décès de la victime et l’annoncent à son conjoint, qui de rage, aurait giflé une dernière fois le cadavre de sa compagne.
Les rapports du médecin légiste établissent que le décés de Sylvie D. est dû à de graves hémorragies au niveau de l’appareil génital.

Parallèlement les enquêteurs découvraient la personnalité  de Victor D : un quinquagénaire décrit par son entourage comme particulièrement violent et jaloux, consommateur excessif d’alcool et de stupéfiants et ayant une image très péjorative et dégradée des femmes. Un homme qui s'est acharné sur Sylvie, une femme fragile qui selon sa soeur serait resté avec lui par peur.
Un homme au casier judiciaire chargé, puisqu’il laisse apparaître 23 condamnations, notamment pour trafic de stupéfiants. Six d’entre elles concernaient des faits de violences ou menaces de mort, dont la dernière en date faisait suite à une plainte de Sylvie D., lorsqu’en 2013 l’homme l’avait séquestrée toute une journée. Des faits qui lui avaient valu une peine de trois mois de prison avec sursis et une mise à l’épreuve de deux ans.

Sur le même sujet

Les + Lus