120 ans après, la cathédrale de Clermont-Ferrand va s'offrir une nouvelle jeunesse

Dans quelques mois, des travaux de restauration de la cathédrale de Clermont-Ferrand vont commencer, pour une durée de six ans. L'objectif est de refaire la toiture du monument historique et emblématique de l'Auvergne et du Puy-de-Dôme.

La vieille dame de Clermont-Ferrand a attendu 120 ans pour s'offrir une nouvelle jeunesse. Et pour ce faire, la cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption va commencer par restaurer sa toiture qui a besoin d'un bon rafraichissement, comme l'explique Rémi Fromont, architecte en chef des monuments historiques. “On a des couvertures en plomb qui sont en mauvais état. Elles ont plus de 100 ans aujourd’hui et donc elles arrivent en fin de vie. Les joints, on ne peut plus les entretenir pour éviter que l’eau ne rentre à l’intérieur. On a des soulèvements de table. Donc il faut la restaurer."

Le projet de restauration va refaire à l'identique la toiture de la cathédrale, tout en essayant de recycler le plomb usé par le temps. "On va déposer un ensemble de tables de plomb. On va essayer de voir si on trouve une filière pour essayer de refondre ses plombs et les réutiliser sur la cathédrale. Sinon le plomb ira en traitement et sera recyclée. Et on utilisera du plomb neuf, qui lui-même à 90%, aura été recyclé", expose l'architecte en chef des monuments historiques.

Une restauration dans le cadre d'un plan national

Ni trop tôt, ni trop tard, ces travaux arrivent à point nommé. Car sans ces interventions, la cathédrale édifiée en pierres de Volvic, depuis 1248, risquerait d'importantes dégradations, comme des effondrements. "Avec le problème de fuite en couverture, c'est que les fuites ont pourri les bois et qui eux-mêmes sont dégradés, qui ne font plus office de support de la couverture. C'est pour ça que vous avez des bois plus clairs. Ce sont des renforts qu'on a mis pour éviter que ça tombe en 2019. Le temps de lancer les études et de trouver les budgets pour faire la grande opération de restauration qu'on est en train de lancer aujourd'hui", décrit Rémi Fromont.

Cette restauration s'inscrit dans le cadre d'un plan à l'échelle nationale auprès de ces édifices sur le territoire. “Il y a un plan cathédrale qui a été lancé par le gouvernement de 80 millions d’euros. Et notre cathédrale de Clermont va prendre 21,5 millions d’euros, c'est-à-dire plus d’un quart de ce budget de manière à changer les toitures, à faire une "toilettage" si vous me permettez l'expression complète de cette cathédrale qui en avait bien besoin", détaille Philippe Chopin Préfet du Puy-de-Dôme.

Une cathédrale ouverte durant les travaux

L'objectif est de revoir également tous les systèmes de sécurité, d’alarme incendie, d’électricité. Les travaux "vont s’étaler sur une période de six ans et ne provoqueront pas de fermeture de la cathédrale. C’est-à-dire, qu’il n’y aura pas de gêne pour le culte, ni de gêne pour les touristes. Et si Clermont devient capitale européenne de la culture, les gens pourront visiter la cathédrale", affirme le préfet. 

Les travaux devraient débuter au plus tard au début de l'automne 2023. Rendez-vous donc en 2029 pour apprécier la cathédrale, vue de haut, comme neuve.