8 Mai 1945 : comment Clermont-Ferrand a vécu la fin de la Seconde Guerre mondiale

Le 8 mai 1945 est une grande date pour les armées alliées, marquant la capitulation de l’Allemagne et la fin de la Seconde Guerre mondiale. Une journée de fête à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), même si la Libération de la ville le 27 août 1944 est un évènement majeur.

Le Général de Gaulle à Clermont-Ferrand, le 30 juin 1945.
Le Général de Gaulle à Clermont-Ferrand, le 30 juin 1945. © AFP
"Le 8 mai 1945, c’est une grande date pour tous" explique Michel Delmasure, Président de l’Union Française des Associations de Combattants et Victimes de guerre et 1er vice-président de l’ONAC du Puy-de-Dôme, "mais c’est la libération de Clermont-Ferrand le 27 août 1944 qui a marqué les esprits".

En consultant les archives de Service départemental de l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre on peut lire, dans une brochure consacrée à "La résistance dans le Puy-de-Dôme" que : "La victoire  du  8  mai  1945  n’a  pas  suscité  dans  le  Puy-de-Dôme,  les  mêmes manifestations d’explosion de joie que celles exprimées lors de la libération du département.
Dans  l’après-midi  du  8  mai  1945,  à  15  heures,  au  moment où retentissent partout les sirènes et les cloches des églises, la population descend dans  les  rues,  sur  les  places  publiques, devant  les  mairies,  pour  écouter l’annonce officielle de la capitulation allemande faite à la radio par le général de Gaulle et diffusée par des haut-parleurs.
Cependant, l’euphorie de la victoire va faire place peu à peu à l’inquiétude et à la déception face au problème du ravitaillement. Les magasins ne sont pas approvisionnés, tout manque. C’est ce que découvrent les prisonniers à leur retour, en 1945. Malgré  la  joie de recouvrer la liberté, les retrouvailles sont difficiles dans un pays si éloigné des rêves faits pendant leur détention : il leur faut réapprendre à vivre
".

Pour les historiens, le printemps 1945 a été marqué par le retour des prisonniers et des déportés survivants. Nombreux ont préféré taire ce qu’ils avaient vécu. Ce n’est que 2 mois plus tard, le 1er juillet 1945 que Clermont-Ferrand va vivre une journée d’hommage militaire officielle avec la venue du Général de Gaulle. Après les remises de médailles, les FFI qui avaient délivré la ville ont défilé place de Jaude.

"Ce sentiment, on le ressent toujours" poursuit Michel Delmasure "regardez la présence lors des cérémonies chaque année dans les villages à des dates moins connues, les gens viennent de loin pour rendre hommage aux patriotes de chez eux". Et de citer ces nombreux évènements qui ont marqué la fin de la guerre : la rafle de Billom le 16 décembre 1943 et les 20 fusillés du stand de tir du 92ème RI à Clermont-Ferrand le 20 décembre, l’attaque du 2 au 11 juin 44 au Mont-Mouchet en Haute-Loire, l’exécution de 24 résistants à Orcines le 13 juillet 1944.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire culture seconde guerre mondiale
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter