• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Affaire Fiona : pour retrouver le corps de sa fille, Cécile Bourgeon demande à être hypnotisée

Cécile Bourgeon en mai 2016 à la cour d'assises du Puy-de-Dôme à Riom. / © Franck Boileau/MaxPPP
Cécile Bourgeon en mai 2016 à la cour d'assises du Puy-de-Dôme à Riom. / © Franck Boileau/MaxPPP

Condamnée à 20 ans de réclusion criminelle en février, Cécile Bourgeon veut faire appel à un hypnotiseur pour retrouver le corps de sa fille Fiona, décédée en mai 2013. Selon Le Parisien, un médecin s'est déclaré intéressé pour tenter d'extraire de ses souvenirs le lieu d'inhumation de la fillette.

Par V.P.

L'hypnose pourrait-elle permettre de retrouver le corps de la petite Fiona? Cécile Bourgeon, sa mère, veut y croire et demande depuis 2013 à être examinée par un hypnotiseur. Renouvelée, sa requête a finalement trouvé preneur : selon Le Parisien, un médecin spécialisé dans cette pratique se serait dit "intéressé" pour étudier Mme Bourgeon.

Contactés par Le Parisien, les avocats de la mère de Fiona légitiment la démarche de leur cliente. La Clermontoise, âgée de 30 ans et incarcérée à la maison d'arrêt de Lyon-Corbas, leur aurait confié en mars 2018 qu'"un hypnotiseur" serait selon elle la seule solution, "pour [trouver] le corps de Fiona".

"Notre cliente souhaite simplement apporter une sépulture décente à sa fille. On ne peut la suspecter d’être dans une démarche utilitaire. Si on retrouve le corps, cela n’aura pas d’incidence sur le verdict," assurent Me Me Gilles-Jean et Renaud Portejoie. En effet, le témoignage d'un témoin sous hypnose n'est pas recevable par la Justice française. "Si notre cliente livre sous hypnose des informations précises, nous les transmettrons au parquet général," promettent les deux avocats.

Un corps introuvable depuis 5 ans

Cinq ans et trois procès après le décès de la jeune fille, le corps de Fiona reste en effet introuvable. Jugés depuis octobre 2016 et tous deux condamnés en février 2018 à 20 ans de réclusion criminelle, Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf, son compagnon de l'époque, ont répété avoir enterré le cadavre de Fiona dans un bois près de Clermont-Ferrand, après le décès accidentel de la fillette. Ils réfutent toute maltraitance.



Orientées grâce aux faibles indices délivrés par l'ex-couple, les nombreuses fouilles policières et civiles n'ont jamais pu mettre à jour le corps de la victime. Une autopsie pourrait éclairer les enquêteurs sur les circonstances de la mort de Fiona, notamment sur la présence éventuelle de trace de violences à l'encontre de la fillette.

Selon les avocats de Cécile Bourgeon, l'hypnose pourrait débloquer certains souvenirs chez Cécile Bourgeon, et notamment le lieu précis de l'inhumation de sa fille, dont elle déclare n'avoir aucun souvenir. Les séances d'hypnose, aux frais de la Clermontoise, pourraient prochainement débuter si l'administration pénitentiaire donne son accord.


Sur le même sujet

Abattage des platanes malades à Grenoble

Les + Lus