Chaque nuit la maraude de Clermont-Ferrand prend soin des sans-abris

La maraude: une équipe de 4 personnes pour apporter aide et réconfort aux sans-abris. / © Aurélie Albert - France 3 Auvergne
La maraude: une équipe de 4 personnes pour apporter aide et réconfort aux sans-abris. / © Aurélie Albert - France 3 Auvergne

Alors que les températures nocturnes sont bien installées en dessous de zéro degré, la maraude de Clermont-Ferrand va à la rencontre des sans-abris.

Par Cyrille Genet

De 19 heures à minuit, la maraude de Clermont-Ferrand se déplace sans cesse dans l’agglomération car si à cause des grands froids la majorité des sans-abris sont hébergés, certains vont passer la nuit dehors comme le constate Benjamin Segarra travailleur social du collectif pauvreté solidarité : "on a encore des gens on va dire vraiment marginalisés, désocialisés qui préfèrent rester seuls et rester à la rue. Et la maraude va aussi à leur rencontre pour vérifier que la nuit va pouvoir bien se passer".

La plupart du temps les personnes ont été signalées par un appel au 115 le numéro d’appel de l’urgence sociale : "ce sont souvent des particuliers qui appellent ce numéro, on est un peu les pieds et les bras du 115" dit Marie Leaute, également travailleur social. "Il y a des personnes qui sont réceptives" précise benjamin Segarra, "contentes de nous voir, mais notre présence n’est pas toujours la bienvenue".

En se rendant au point de stationnement du bus des restos du cœur, l’équipe composée de 4 personnes, professionnels et bénévoles sait qu’elle rencontrera des sans-abris comme Jennifer qui trouve ici "une aide pour vivre mieux et manger mieux".

La maraude croise beaucoup de situation dramatiques, mais Benjamin Segarra reste positif : "dans la rue, il y a vachement de solidarité et il y a des gens qui malgré leur situation gardent espoir, gardent le cap et franchement, ça force à rester humble".

Avec la maraude de Clermont-Ferrand
Ils vont au-devant des sans-abris pour s’assurer que tout va bien malgré les grands froids. Intervenants : Benjamin Segarra, travailleur social du Collectif pauvreté précarité ; Marie Leaute, travailleur social du Collectif pauvreté précarité ; Jenifer, bénéficiaire. - Reportage : A. Albert, C. Darneuville. Montage : S. Salmon

 

Sur le même sujet

Canoë - Prudence sur la rivière Drôme dans le secteur de Sainte-Croix

Les + Lus