Clermont-Ferrand : Juliette Gelin, l’étoile montante du volley-ball

Elle a été la première joueuse à signer pour cette saison au Volley-Ball Club de Chamalières, près de Clermont-Ferrand. Juliette Gelin, 19 ans, est la libéro du club qui évolue en ligue A, la première division. Un talent qui ne demande qu'à se développer et à atteindre des objectifs élevés.
 
Juliette Gelin évolue au VBC de Chamalières mais aussi au sein de l'équipe de France de volley-ball.
Juliette Gelin évolue au VBC de Chamalières mais aussi au sein de l'équipe de France de volley-ball. © FFVolley / Julien Crosnier
« C’est du show, du spectacle. Le samedi soir c’est le moment où on met son plus bel habit, son plus bel uniforme et on va dans l’arène. On montre son plus beau visage. C’est ça que j’aime c’est ce côté un peu showman. J’ai trouvé le sport qui me correspondait et qui me permettait d’être moi-même sur un terrain » confie Juliette Gelin, la libéro du Volley-ball club de Chamalières, près de Clermont-Ferrand. Juliette Gelin a un grand rêve en tête : tout gagner, en club comme en sélection. Chamalières est sur son chemin une étape intermédiaire mais capitale dans son développement. Le premier club professionnel pour celle qui vient juste d'avoir 19 ans.

Le choix de Chamalières

Pur produit de la Fédération française de volley, la Montpelliéraine avait des conditions avant de signer dans son premier club professionnel, s'enrichir au côté de joueuses étrangères mais surtout être titulaire. Juliette a donc ciblé Chamalières où l'on aime et l'on forme les Françaises spécialistes de la défense. La libéro commence à trouver ses marques. Atman Toubani, entraîneur du VBC Chamalières, souligne : « Elle n’est pas seulement sur sa performance technique, on voit tout de suite qu’elle essaie d’aider des partenaires qui peuvent être plus aguerries, avec plus d’expérience. Elle a compris que pour construire des résultats, ça ne se fait pas tout seul, ça se fait en équipe. Elle utilise son engagement physique mais aussi la parole. Lorsqu’on arrive à allier les deux, c’est gage de performance à très haut niveau »
Après l'anglais et l'espagnol Juliette s'attaque à l'italien, la langue du pays où l'on trouve les meilleurs volleyeurs du monde. La jeune femme a des objectifs très élevés mais son parcours lui a appris à rêver tout haut. Elle qui se voyait toute petite en Rafael Nadal, raquette de tennis en main, passe au volley pour faire comme sa grande sœur. Elle passe par toutes les catégories d'âge de l'équipe de France. Une grave blessure au genou la renforce dans ses convictions de devenir sportive professionnelle.
Juliette Gelin s'épanouit pleinement au sein de la sélection nationale.
Juliette Gelin s'épanouit pleinement au sein de la sélection nationale. © FFVolley / Julien Crosnier

Un match référence

A 17 ans elle affronte la terrible Serbie sous les couleurs françaises. Un pur bonheur. Elle raconte : « Je sais que j'ai ma petite étoile, mon petit grain de folie qui vont faire que je vais juste lâcher les fauves et que je vais y aller. Au premier point je rentre, Mihajlović qui attaque. Bim je défends. Je ne comprends pas. Je regarde tout le monde. Je regarde Emile. Il me tape dans la main et me dit que c’est un bon moyen de rentrer dans le match. Je fais ouais ouais ». Alors que son équipe est menée deux sets à zéro, Emile Rousseaux le sélectionneur fait rentrer ses remplaçantes dont trois ont moins de 18 ans en espérant un déclic mental et émotionnel. La jeunesse assure, Juliette enchaîne les parades pour permettre à ses attaquantes de briller. Emile Rousseaux, sélectionneur de l'équipe de France féminine de Volley-Ball, indique : « En dehors de sa qualité de réception, c’est aussi une très bonne défenseuse. Aux Championnats d’Europe j’ai eu l’occasion de revoir son match contre la Serbie. Ce qu’elle a fait en défense peut être montré dans tous les clubs de France. Ca vaut la peine d’être vu. Son côté défensif est déjà très remarquable. Il est bien aidé par ses qualités d’explosivité et de souplesse ».

Apprendre de ses erreurs

Ce match de championnat d'Europe s'est soldé par une défaite. Mais une défaite encourageante. Actuellement classée 53ème nation mondiale la France essaye de construire une équipe compétitive, avec en ligne de mire les Jeux Olympiques de 2024. Pour cela elle a besoin de joueuses à temps plein, prêtes à ne vivre que de volley. Juliette fait partie de celles-là.  Celle qui dit vouloir être actrice de son poste et apprendre de ses erreurs va avoir l'opportunité de le faire à Chamalières, une équipe de ligue A qui veut grandir. Juliette explique : « Je pense qu'il nous reste encore du chemin à faire en tant qu’équipe pour arriver à aller chercher des victoires. On ne se prend pas de grosses branlées tous les week-ends. On arrive à accrocher des grosses équipes, on gagne des sets. On a le potentiel pour. C’est juste que l’on a du mal à garder le truc quand le match est en notre faveur et à le terminer ». Le défi est vaste dans ce championnat étrange disputé en pleine pandémie dans des salles sans public. Pas de quoi faire pleurer la libéro qui se nourrit de chaque épreuve pour continuer de rêver plus fort.
durée de la vidéo: 04 min 16
Clermont-Ferrand : Juliette Gelin, l’étoile montante du volley-ball
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
volley-ball sport