• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Clermont-Ferrand : L’Orchestre d’Auvergne lance son label 100% digital

Les concerts de l'Orchestre d'Auvergne sont désormais accessibles en Streaming sur les plateformes spécialisées / © Orchestre d'Auvergne
Les concerts de l'Orchestre d'Auvergne sont désormais accessibles en Streaming sur les plateformes spécialisées / © Orchestre d'Auvergne

C’est une première en France : fort d’une longue tradition d’enregistrement, l’Orchestre d’Auvergne lance son propre label 100% digital, accessible librement en streaming sur toutes les plateformes. Pour profiter des concerts à la maison, comme si vous êtiez.
 

Par Valérie Riffard

Afin de permettre aux spectateurs de prolonger l'émotion du concert ou à ceux qui ne peuvent pas y assister de découvrir, à distance, ses prestations live, l'Orchestre d'Auvergne se met à l'heure du numérique. Ainsi, ses prestations qui seront captées en direct seront désormais accessibles gratuitement en streaming sur toutes les plateformes spécialisées.

« Dans un monde connecté, notre contact avec le numérique doit être très important d'où notre pari, avec la création de ce label unique en France, pour nous faire connaître et pour que les mélomanes, à travers le monde, sachent la grande qualité de cet orchestre et de sa région », explique Roberto Forés Veses, les directeur musical de l’Orchestre. 


Ainsi les amateurs pourront suivre en streaming ou télécharger ses grands rendez-vous, que ce soit à l'Opéra-Théâtre de Clermont-Ferrand ou lors de ses tournées, et apprécier notamment la venue de solistes de renom comme Sergey Krylov, Robert Levin ou Thomas Zehetmair.
 


Première parution à découvrir sur 21 Music, la Symphonie n°7 op.92 de Beethoven, enregistré à L’Opéra-Théâtre de Clermont-Ferrand, le 4 octobre 2018, dans la configuration orchestrale exacte connue par le compositeur. Une œuvre chère à Roberto Fores Veses : « Cet enregistrement d’une symphonie de Beethoven, c’est le sommet pour notre orchestre. C’est un peu l’aboutissement du travail que l’on mène depuis 5 ans. Notre lecture de cette symphonie est assez spéciale parce qu’on ne compte que 21 cordes. On ne peut donc pas nous baser sur la force ou la puissance, mais sur la propreté, le style de l’époque ».

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Trail Hivernal du Sancy Le Mont Dore : la neige au rendez-vous

Les + Lus