• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Clermont-Ferrand : payer le bus et le tram avec son smartphone sera possible dès la rentrée

Dés la mi-septembre, il sera possible d'acheter son ticket de bus sur son smartphone. / © K. Tir
Dés la mi-septembre, il sera possible d'acheter son ticket de bus sur son smartphone. / © K. Tir

Le syndicat mixte des transports en commun de l'agglomération clermontoise va expérimenter à partir de la mi-septembre l'achat des titres de transport sur smartphone. C'est la start-up auvergnate "Monkey Factory" qui fournira sa technologie "MyBus". 

Par FG

Si vous vous retrouvez souvent à court de tickets alors que vous voulez prendre les transports en commun à Clermont, une nouvelle option va vous faciliter la vie à partir de la rentrée : le m-ticket.

Dès la mi-septembre, pour acheter son titre de transport, il suffira de se munir d’un smartphone et de télécharger l’application MyBus. On pourra alors acquérir son billet directement sur son écran en payant avec sa carte bancaire.  Pour valider le ticket, un QR Code sera présent à l’entrée des bus et sur les arrêts de tram. Il suffira de le flasher à l’aide du téléphone pour le composter virtuellement.

Le service sera proposé sur la quasi-totalité des lignes de l’agglomération (A, B, C, lignes 3 à 25, 35 et 36). Il sera possible d’acheter un ticket virtuels à l’unité, par “carnet” de 10 ou un ticket 24 heures. Certains abonnements pourront être intégrés dans l’application qui proposera aussi les horaires avec actualisation en temps réel, un calculateur de trajets et un système pour signaler les incidents.

Pour mettre en place cette dématérialisation du titre de transport, le SMTC s’est associé à une startup auvergnate, “Monkey Factory”, basée à Clermont et au Puy-en-Velay, qui va utiliser sa solution technique “MyBus". Ce système a déjà été déployé dans la préfecture de Haute-Loire, à Riom ou encore à Roanne. “Clermont sera notre plus gros réseau à date” se réjouit Franck Raynaud, cofondateur de la société.
 

Si Monkey Factory a été sélectionnée par le syndicat clermontois, c’est que l’entreprise a été l’une des lauréates du concours d’innovation "Auvermoov” en 2017. Dans un premier temps, l’expérimentation sera lancée pour une durée d’un an.

Quant à ceux que le numérique rebuterait, pas de souci à se faire : les tickets papiers resteront bien en service. Ca peut toujours être utile en cas de panne de batterie !

Sur le même sujet

Abattage des platanes malades à Grenoble

Les + Lus