Clermont-Ferrand : policiers et pompiers pris pour cible par une quarantaine de personnes

Dans la nuit de samedi à dimanche 26 avril, des policiers et des pompiers ont été pris pour cible à Clermont-Ferrand. Ils ont été insultés et menacés par une quarantaine de personnes. Ils ont également été visés par des jets de pierres, de bouteilles de verre et autres projectiles

Illustration
Illustration © MaxPPP/Rémy Perrin
Tout a commencé un peu avant minuit, dans la nuit de samedi à dimanche 26 avril, dans les rues de Clermont-Ferrand. La brigade anti-criminalité repère trois individus à bord d'un véhicule. Ils sont suspectés d’avoir commis des vols sur un chantier. Pris en chasse, ils finissent par abandonner leur voiture chemin de la Tonne Ronde, à côté du cimetière de Crouël.

Les trois hommes rejoignent, à pied, un camp de gens du voyage situé à proximité. Les policiers les suivent. Ils indiquent avoir alors été pris pour cible par une quarantaine de personnes au comportement hostile. Ils ont été insultés et ont été visés par des jets de pierres, de bouteilles de verre et autres projectiles. Ils ont été obligés de faire demi-tour et d’aller chercher du renfort.

Les pompiers également pris pour cible

A minuit et demi, les pompiers sont appelés pour éteindre un incendie survenu dans un entrepôt de BTP, également situé chemin de la Tonne-Ronde. Alors qu’ils tentent de maîtriser les flammes, les 18 sapeurs pompiers d’Aubière et de Clermont-Ferrand sont également ciblés. Comme leurs confrères policiers, ils sont insultés, menacés et reçoivent des projectiles. En pleine intervention, ils sont obligés de quitter les lieux. Dans la précipitation, ils abandonnent leur matériel qui sera dégradé par l’incendie.  

De retour sur les lieux, deux colonnes de policiers interviennent. Pour faire reculer les assaillants et mettre fin aux jets de projectiles, ils lancent des gazs lacrymogènes et utilisent des lanceurs de balles de défense. Un homme de 44 ans, identifié par les policiers comme étant un des auteurs des violences, a été interpellé. Il a fait l’objet d’un rappel à la loi. Côté policiers comme côté sapeurs-pompiers, aucune victime n’est à déplorer. Victimes de violence et de dégradation de leur matériel, les pompiers ont porté plainte.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers police société sécurité pompiers