• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Clermont-Ferrand : pourquoi des personnes handicapées ont voulu montrer des fesses

Une dizaine de personnes en situation de handicap s’est positionnée près du tramway place de Jaude, à Clermont-Ferrand, mardi 30 avril. / © Aurélie Albert
Une dizaine de personnes en situation de handicap s’est positionnée près du tramway place de Jaude, à Clermont-Ferrand, mardi 30 avril. / © Aurélie Albert

Une dizaine de personnes en situation de handicap s'est rassemblée à 14 heures mardi 30 avril, place de Jaude, à Clermont-Ferrand. Derrière leur fauteuil roulant, elles avaient accroché des photos de fesses accompagnées du slogan « Faut-il se mettre à nu pour être vu ? ».

Par Aurélie Albert

Nadine Delort a 57 ans. Elle est fonctionnaire. Elle est aussi atteinte de syndrôme post-poliomyélite et se déplace exclusivement en fauteuil roulant. Mais c’est surtout et avant tout une personne à part entière. C’est le message qu’elle veut faire passer mardi 30 avril, place de Jaude à Clermont-Ferrand. « On est souvent des invisibles, des fauteuils roulants ou des cannes. On nous identifie à des objets. Nous sommes aussi des personnes, des individus en situation de handicap, c’est difficile de sensibiliser les gens. On veut qu’ils nous voient en tant que personne en situation de handicap, mais avec une personnalité propre, nos désirs, et nos envies »
 

Faut-il se mettre à nu pour être vu ?

Comme elle, une dizaine de personnes en situation de handicap s’est positionnée près du tramway. Et pour marquer le coup, derrière leur fauteuil roulant, elles avaient affiché des photos de fesses, avec le slogan « Faut-il se mettre à nu pour être vu ? ». « Au quotidien, ces personnes nous expliquent qu’elles ont le sentiment de n’exister qu’à travers leur fauteuil et non pas en tant qu’individu. Lorsqu’elles viennent dans un bar avec une personne accompagnée, systématiquement le serveur va s’adresser à la personne qui les accompagne et non pas à eux, en disant « qu'est-ce qu’elle veut boire ? ». Les gens nous disent qu’ils veulent pouvoir exister. Ils sont des individus à part entière », explique Sandrine Raynal, directrice de l’association APF France handicap du Puy-de-Dôme qui a lancé ce rassemblement dé(culloté). 
 

Cette opération provoquante a donc pour but de faire changer le regard que la société porte sur les personnes en situation de handicap et non pas uniquement sur le handicap. 

Sur le même sujet

le nouveau maillot du Clermont Foot 63

Les + Lus