Clermont-Ferrand : pourquoi les rues du centre-ville étaient interdites aux voitures ce dimanche

Les rues du centre-ville de Clermont-Ferrand étaient réservées aux cyclistes et aux piétons ce dimanche 20 septembre, à l'occasion de la "Journée sans voiture". Une première édition organisée un dimanche, dans un périmètre restreint, pour préparer en douceur une transition des modes de déplacement.

Ce dimanche 20 septembre, les voitures étaient interdites dans le centre-ville de Clermont-Ferrand.
Ce dimanche 20 septembre, les voitures étaient interdites dans le centre-ville de Clermont-Ferrand. © J.Teiller/FTV
Les rues du centre-ville étaient vidées de toutes voitures à Clermont-Ferrand. Ce dimanche 20 septembre, piétons, vélos et trottinettes ont pris possession du bitume à l’occasion de la « Journée sans voiture », et ils s’en réjouissent : « C’est assez agréable et très silencieux. Faire de la trottinette sur la route, normalement, on n’a pas le droit, mais aujourd’hui, tout est permis », note un passant. Un parcours de BMX était mis en place pour les enfants sur la place de Jaude, où les seules voitures autorisées étaient celles des maraîchers : « On n'a pas le choix, du coup on est bloqués jusqu'à 17 heures pour respecter la journée sans voiture », constate Sébastien Pellizzaro, producteur de miel.

Trouver des solutions alternatives

Pour les véhicules à moteur, la liberté de circuler s'arrêtait aux portes du cœur de la ville : accès interdit à Jaude, au quartier Ballainvilliers et au centre historique. Limitée à un périmètre restreint et déjà en partie piétonnier, cette première journée sans voiture voulait surtout ne froisser personne, selon le maire de Clermont-Ferrand Olivier Bianchi : « Je ne suis pas un révolutionnaire, je suis un réformiste et pour que les choses soient acceptables, pour que les gens s’en emparent, pour que progressivement on leur démontre que c’est possible, on commence par un dimanche, on commence en centre-ville. Un jour, on élargira les périmètres, puis viendra le temps où on fera ça en semaine. Pour pouvoir proposer aux gens d’abandonner la voiture il faut aussi leur trouver des solutions alternatives, c'est ça que nous construisons. »

Clermont pris par le temps ?

En retard sur le développement des alternatives à l'automobile, la métropole va devoir accélérer, et ses habitants se préparer à plusieurs années de travaux. D'ici 2028, sont prévues la création de deux lignes de bus en site propre, et la réalisation d'un schéma cyclable digne de ce nom, avec 365 kilomètres de pistes. « Aujourd’hui, il y a peu de choses qui sont véritablement significatives dans ce schéma. On a confiance en l’avenir parce qu’on participe aux études, on a une collaboration avec les services techniques de qualité pour faire progresser les choses, mais il ne faut pas perdre de temps », alerte Serge Fabbro, président de Vélocité 63. Des déplacements moins bruyants, moins polluants, c'est l'enjeu des villes de demain. Clermont-Ferrand, ce dimanche, a fait un petit pas vers le futur.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
écologie environnement trafic routier économie transports