Clermont-Ferrand : pourquoi le tunnel sous la voie ferrée dans le quartier de la Pradelle pose problème ?

Dans ce tunnel large de 3 mètres situé dans le quartier de la Pradelle à Clermont-Ferrand, il a été décidé par la mairie que 70 cm seraient réservés aux piétons. Ce qui rend la cohabitation avec les automobilistes pour le moins compliquée, voire impossible. / © P.Killing
Dans ce tunnel large de 3 mètres situé dans le quartier de la Pradelle à Clermont-Ferrand, il a été décidé par la mairie que 70 cm seraient réservés aux piétons. Ce qui rend la cohabitation avec les automobilistes pour le moins compliquée, voire impossible. / © P.Killing

Dans le quartier de la Pradelle, le tunnel situé sous la voie ferrée pose de nombreux problèmes de sécurité. Situé à proximité du collège Lucie Aubrac, les riverains et la Mairie de Clermont-Ferrand tentent de trouver une solution pour faire cohabiter piétons et voitures entre ces murs étroits.

Par Mohamed Benmaazouz


À Clermont-Ferrand, le tunnel sous la voie ferrée faisant la jonction entre la rue de la Pradelle et la rue Clovis-Hugues pose problème à de nombreux riverains. En effet ce tunnel large de seulement 3 mètres, a initialement fait l'objet d'une fermeture par la mairie à la suite d'un examen de sécurité à la fin du mois de juillet. Situé à proximité du collège Lucie Aubrac, ce tunnel est emprunté par les élèves pour rejoindre l'établissement.

Cependant vu l'étroitesse des lieux, la sécurité des piétons n'est pas assurée. C'est pour cette raison que la Mairie avait alors pris la décision d'interdire l'accès du tunnel aux véhicules à partir du 31 août. Un panneau a même été affiché à l'entrée. Cependant, cette décision n'a pas ravi les habitants du quartier de la Pradelle. En effet ils ont contesté cette fermeture pour des raisons pratiques et certains riverains ont fait savoir leur mécontentement sur les réseaux sociaux.


Casse-tête

Car si le tunnel ferme, les habitants seront contraints d'effectuer de longs détours en empruntant la rue Clovis Hugues par exemple,  souvent embouteillée aux heures de pointes. Autre conséquence, des "stationnements sauvages" pourraient être constatés aux abords du collège Lucie Aubrac, ce qui pourrait augmenter le risque d'accident. C'est en tout cas ce que l'on peut lire dans une pétition qui a déjà recueilli plus de 160 signatures.

La Mairie de Clermont-Ferrand semble voir entendu ces réclamations. " On a regardé ce que l'on pouvait faire, il n'y avait pas de solutions parfaites et il fallait agir pour la rentrée, décision sur laquelle (fermeture du tunnel NDLR) nous sommes revenus après la mobilisation " justifie Cyril Cineux adjoint aux transports à la circulation et aux stationnements à la Mairie de Clermont-Ferrand.

Le comité de quartier de la Pradelle a été reçu mercredi 7 août. " Une solution de compromis a été trouvée" s'il on reprend les termes de l'adjoint au maire. La solution envisagée ? Réserver une une portion de 70 cm aux piétons, sous ce tunnel large de 3 mètres. L'espace serait délimité grâce à des plots, ainsi qu'un marquage au sol. "On fait en sorte que piétons et automobilistes puissent passer en toute sécurité " justifie Cyril Cineux.

Un problème de taille...

Et cette réunion ne semble pas avoir apaisé la colère des riverains au contraire. La situation est devenue beaucoup plus compliquée qu'au départ. Car si auparavant, camionnettes et autres véhicules "larges" pouvaient se faufiler entre les murs du tunnel, avec ces nouvelles mesures, il est désormais impossible pour de nombreux usagers d'emprunter cette voie.

"Ils avaient annoncé une délimitation à 70 cm, mais j'ai mesuré, et la partie piéton mesure 1 mètre. Ce qui fait qu'une voiture de classe moyenne de type Golf ou Audi A3 ou Mégane ne peut plus passer sous le pont. Ne pourront passer que les véhicules de type Smart " regrette Phillipe Killing membre du comité de quartier de la Pradelle. C'est pour cette raison que le collectif demande à être reçu à nouveau afin de trouver d'autres options, moins contraignantes.

Parmi toutes les pistes étudiées, l'une d'entre elles pourrait être choisie afin de garantir en priorité la sécurité des élèves. À l'époque où le collège Lucie Aubrac portait le nom du collège de l'Oradou, la sortie des classes s'effectuait au niveau de la rue, eponyme. Changer le lieu de sortie d'école pourrait permettre aux élèves ainsi qu'aux parents d'élèves d'éviter le secteur où se situe le tunnel. Cette solution pourrait ainsi être proposée lors d'une nouvelle rencontre à la Mairie de Clermont-Ferrand.

Sur le même sujet

Les + Lus