• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Clermont-Ferrand : une soixantaine d'avocats en grève contre le projet de réforme de la Justice

Le barreau de Clermont-Ferrand en grève contre le projet de réforme de la Justice examiné à l'Assemblée Nationale. / © Alexandre Rozga / France 3 Auvergne
Le barreau de Clermont-Ferrand en grève contre le projet de réforme de la Justice examiné à l'Assemblée Nationale. / © Alexandre Rozga / France 3 Auvergne

Une soixantaine d'avocats a manifesté devant le Tribunal de grande instance de Clermont-Ferrand, jeudi 15 novembre, contre le projet de réforme de la justice.

Par Aurélia Abdelbost

Des pancartes avec inscrit : "Pour une justice humaine et égale pour tous" ont envahi le parvis du Tribunal de grand instance (TGI) de Clermont-Ferrand, jeudi 15 novembre. Une soixantaine d'avocats s'est rassemblée contre le projet de réforme de la justice examiné à l'Assemblée nationale. 
 

Une délégation s'est aussi rendue à Paris pour participer à la mobilisation devant l'Assemblée nationale. Des manifestations sont prévues partout en France.
 

Des procédures dématérialisées

"Nous souhaitons interpeller le public et les parlementaires", a souligné Maud Vian, bâtonnière. Elle avait également participé à l’assemblée générale extraordinaire qui s'était tenue au sein de l’Ordre des avocats de Clermont-Ferrand lundi 12 novembre pour décider de cette grève totale.
 
Maud Vian, bâtonnière de l'Ordre des avocats de Clermont-Ferrand, a participé à la mobilisation des avocats devant le Tribunal de grande instance contre le projet de réforme de la Justice, ce jeudi 15 novembre. / © Alexandre Rozga / France 3 Auvergne
Maud Vian, bâtonnière de l'Ordre des avocats de Clermont-Ferrand, a participé à la mobilisation des avocats devant le Tribunal de grande instance contre le projet de réforme de la Justice, ce jeudi 15 novembre. / © Alexandre Rozga / France 3 Auvergne

Maud Vian dénonce un "recul de l'humain" et un "renforcement du paquet". Pour certains litiges, la réforme prévoit notamment la possibilité de procédures écrites, sans audience, qui se dérouleraient à distance de manière dématérialisée, avec l'accord des parties. Le barreau s'inquiète aussi de voir disparaître des juridictions de proximité avec l'introduction d'une notion de spécialisation. 
 

 

Sur le même sujet

Tombola sur Snap

Les + Lus