Clermont-Ferrand : un couple placé en garde à vue pour avoir battu son chien

Mercredi 22 septembre, peu avant 23 heures, un couple a été placé en garde à vue par la police de Clermont-Ferrand. Prévenus par des témoins, les policiers expliquent avoir surpris les individus en train de battre leur chien. L’animal a été confié à l’APA (Association de Protection des Animaux).

Un couple de trentenaires a été placé en garde à vue par la police de Clermont-Ferrand mercredi 22 septembre. Peu avant 23 heures, des témoins ont alerté les forces de l’ordre, signalant que le couple battait son chien. La police est alors intervenue place Bergson. Les gardiens de la paix racontent avoir pris le couple sur le fait : "Ce n’est pas souvent que l’on parvient à surprendre ces personnes en flagrant délit". Les deux individus ont été interpellés et placés en garde à vue. Ils étaient déjà connus des services de police et si les maltraitances sont avérées, ils s’exposent à 2 ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende, comme le rappelle le commissariat de Clermont-Ferrand dans un tweet.

Le chien, un Staffi, a été confié à l’APA (Association de Protection des Animaux), qui a déposé plainte. L’association tient à rassurer sur l’état de santé de l’animal : « Il a été récupéré par nos services. Les soigneurs et les vétérinaires ont pu le prendre en charge. Physiquement, il va bien, il n’a pas de séquelles physiques, pas de blessures, ça, c’est la bonne nouvelle ». En revanche, le chien reste craintif : « On sent que ça fait des années qu’il vit des maltraitances. Dès qu’il y a des gestes brusques il est craintif, il a peur de l’homme suite à ces traumatismes. Nos soigneurs s’en occupent tout en douceur pour le rassurer et le remettre en forme », indique l’APA.

Près de 200 cas chaque année

L’association est souvent confrontée à des maltraitance et mène chaque jour des enquêtes : « On a des cas de maltraitance, des gens qui nous appellent presque au quotidien. Généralement, la police travaille avec nous très régulièrement quand il y a des cas plus difficiles. Ce qui est le plus compliqué, c’est de prouver, mais là, a prioiri, si c’est en public, il ne devrait pas y avoir de souci », affirme l’APA. En 2020, l’association a recensé 190 cas de maltraitance.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers police société sécurité violence animaux