Une centaine de personnes s'est réunie pour une "vélorution" à Clermont-Ferrand samedi 29 mai. Un parcours de 8 kilomètres dans le centre ville pour demander une ceinture cyclable sécurisée. 

C'est la première "vélorution" de l'année. Mais c'est la quatrième en deux ans. A chaque fois, il y a un peu plus de cyclistes dans les rangs. Samedi 29 mai, ils étaient une centaine à l'appel de plusieurs associations dont Vélocité 63. Les cyclistes ont parcouru 8 kilomètres dans le centre ville de Clermont-Ferrand.

Les cyclistes demandent aux élus une ceinture cyclable "sécurisante" autour de la ville. L'année dernière, ils avaient obtenu qu'une "coronapiste" soit pérennisée le long du boulevard Cote Blatin. Les usagers de cette piste souhaitent notamment qu'elle soit plus sécurisée et à double sens. La cohabitation vélos/voitures sur ce segment reste compliqué. Les cyclistes trouvent souvent des véhicules garés sur la piste. Ils doivent alors passer sur les voies des voitures. Ils voudraient aussi voir cette piste prolongée jusqu'à la gare et sur les boulevards Nord de la ville, un endroit complètement inaccessible aux vélos actuellement.

Plus globalement, le "collectif informel de vélorution" de Clermont-Ferrand souhaite une accélération de la mise en place du schéma cyclable. Un schéma qui prévoit 365 kilomètres de pistes cyclables supplémentaires, construites avant 2026. Avec ces aménagements, les cyclistes espèrent que la métropole clermontoise rattrapera son retard par rapport à d'autres villes en terme d'infrastructure cyclables.

A titre de comparaison, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, Grenoble, met déjà 450 kilomètres de pistes à disposition des cyclistes.