Coronavirus – Covid 19 : à Clermont-Ferrand, le secteur de l’événementiel souffre

Le coronavirus a des conséquences sur l'économie régionale. Dans le Puy-de-Dôme, le secteur de l'évènementiel fait partie des premiers touchés. / © Valérie Riffard / FTV
Le coronavirus a des conséquences sur l'économie régionale. Dans le Puy-de-Dôme, le secteur de l'évènementiel fait partie des premiers touchés. / © Valérie Riffard / FTV

Le coronavirus a des conséquences sur l'économie régionale. Dans le Puy-de-Dôme, le secteur de l'évènementiel fait partie des premiers touchés. A Clermont-Ferrand, les professionnels s’inquiètent.
 

Par C. L avec Fabien Gandilhon

Le coronavirus n’en finit pas d’avoir des conséquences en cascade. A Clermont-Ferrand, c’est le secteur de l’évènementiel qui est touché. Depuis des mois, Romain Bas et son équipe travaillent à la conception d'un grand stand pour le marathon de Paris. Mais jeudi 5 mars, dans la matinée, il a appris que l'évènement n'aura pas lieu à la date prévue. Romain Bas, gérant - Régie Air, explique : « Le mobilier était en cours de fabrication, les commandes de marchandises déjà passées chez les fournisseurs. On est à 3 semaines du montage du stand normalement donc il y a déjà pas mal de commandes de passées. C’est juste un report de 6 mois sur le matériel ». Aujourd'hui, le principal souci de Romain Bas, c'est de comprendre les critères d'annulation.

Des interprétations qui divergent

D'une région à l'autre, d'un client à l'autre, les interprétations divergent et il soit s'adapter. Romain Bas ajoute : « Il y a des clients historiques qui ne cèdent pas à la panique et on essaie de reporter ensemble les choses pour que ça puisse se faire dans le temps. Et puis il y a des gens qui commencent à paniquer et à annuler des événements pour 10 personnes ». Pierre le Bon dirige une autre structure spécialisée dans le spectacle. Pour l'instant, ses clients comme le Printemps de Bourges maintiennent leur calendrier. Mais si les dates doivent changer, cela deviendra plus difficile. Pierre le Bon, gérant et directeur technique - La Coulisse, indique : « Tout va dépendre, si certains événements sont reportés, à quelle date ils le seront. Si c’est dans la grande période de juin à août, ça va être compliqué pour tout le monde ».

Le problème des assurances

Si le secteur de l'évènementiel souffre beaucoup, le transport de personnes est aussi touché. Avec des assurances qui n'avaient pas prévu ce cas de figure. Jean-Philippe Paillon; président de la CPME 63, Confédération des petites et moyennes entreprises, souligne : « Le principe de précaution qui a généré ces annulations aujourd’hui n’entre pas dans le cadre des assurances. On a des autocaristes, des traiteurs, qui se retrouvent avec des prestations commandées, des acomptes versés, du personnel bloqué sur une période. Ils vont être obligés de rendre les acomptes et n’auront pas de rentrée d’argent ». Vis-à-vis de ces entreprises, la CPME appelle les banques à faire preuve d'indulgence. Elle va demander au gouvernement de créer un nouvel état de catastrophe naturelle sanitaire.
 

Sur le même sujet

Les + Lus