Coronavirus Covid-19 : ENT, CNED ... les bugs de l'enseignement à distance

Coronavirus Covid-19 : les cours à distance se mettent difficilement en place. / © MaxPPP/Lionel VADAM
Coronavirus Covid-19 : les cours à distance se mettent difficilement en place. / © MaxPPP/Lionel VADAM

Depuis lundi 16 mars, les écoles sont fermées afin d'endiguer la propagation du Coronavirus Covid-19. Les élèves rencontrent des difficultés de connexion pour suivre les cours à distance. Le rectorat de Clermont-Ferrand précise que la situation est exceptionnelle et que tout va rentrer dans l'ordre.

Par D.Cros

A compter du lundi 16 mars et jusqu'à nouvel ordre, les établissements scolaires ont fermé leurs portes. Une décision gouvernementale afin d’endiguer la propagation du Coronavirus Covid-19. Depuis ce jour, de nombreux jeunes et leurs parents essaient de se connecter sur les deux principaux sites qui permettent aux enseignants de proposer des cours et des exercices.

Sites saturés

D'un côté, le site du CNED (Centre national d’enseignement à distance) fournit le service "Ma classe à la maison". Et de l’autre, l’Environnement Numérique de Travail (ENT) qui permet aux établissements de rester en contact avec chaque élève.

Problème, ces deux sites sont saturés, rencontrent des bugs et des coupures. Sur le service "Ma classe à la maison", les personnes qui tentent de se connecter voient s’afficher le message suivant : "Le service est indisponible".  Et sur l’ENT, il est écrit : "En raison d’un  nombre exceptionnel de connexions, l’accès à l’ENT est temporairement restreint. Merci de votre compréhension".
Avec le confinement, difficile d'accéder à l'ENT. / © Capture écran ENT Auvergne-Rhône-Alpes
Avec le confinement, difficile d'accéder à l'ENT. / © Capture écran ENT Auvergne-Rhône-Alpes

Des débuts difficiles...

"Nous sommes trop nombreux à nous connecter. Ca ne marche pas. Du coup depuis deux jours, je n’ai eu aucun cours" explique un élève de première. Puis il ajoute : "Nos profs nous ont dit que ce serait compliqué la première semaine". A ses côtés sa mère explique : "Il faut du temps pour que tout se mette en place. Cette façon de procéder est nouvelle. Dans l'établissement de mon fils, les jeunes enseignants n’ont pas de mal avec les cours en ligne, mais ils ne sont pas majoritaires. Pour les autres, c’est plus complexe".

Une autre mère de famille raconte : "Nous avons essayé à plusieurs moments différents. Quelque soit l’heure, c’est la même chose. On doit tous être connectés au même moment".

... les enseignants s'organisent

"Cette situation est inédite pour tout le monde" explique-t-on au rectorat de Clermont-Ferrand. "Les réglages et les mises au point vont prendre un peu de temps".

Le rectorat précise que pour garantir la continuité pédagogique, les moyens plus traditionnels sont en vigueur tels que les appels téléphoniques et les mails. "Chaque enseignant gère ses élèves. C’est du cas par cas. Chacun définit son programme, ses cours et son rythme" souligne-t-on également au rectorat. Avant de conclure : "Le temps que les sites de masse fonctionnent parfaitement, chaque enseignant est libre d’utiliser les méthodes qui lui semblent les plus efficaces".

C’est déjà le cas. Certains professeurs ont choisi d’envoyer les cours par d’autres biais. "Le professeur d’histoire-géographie de mon fils en 5ème a envoyé son cours par Dropbox. Nous avons réussi à le récupérer même si le temps de téléchargement était très long". Puis elle conclut en précisant : "Nous avons pu suivre le cours. C’était parfait !".

Sur le même sujet

Les + Lus