Coronavirus COVID 19 : il anime un atelier de dessin en direct sur le web depuis Clermont-Ferrand

Comment occuper vos enfants en période de confinement dû au coronavirus COVID 19 ? Une question pour laquelle certains s’arrachent les cheveux. Bruno Bonhoure donne depuis sa maison de Clermont-Ferrand des ateliers de dessin en direct sur le web.
 
Voici le résultat du dessin collectif animé par Bruno samedi 4 avril en direct depuis Clermont-Ferrand.
Voici le résultat du dessin collectif animé par Bruno samedi 4 avril en direct depuis Clermont-Ferrand. © Bruno Bonhoure
« Bonjour. Munissez-vous d’une grande feuille de papier. Munissez-vous de toutes les couleurs disponibles dans vos tiroirs : crayons Bic, crayons de couleur, pastel, peinture, papiers à coller, tout est permis ! » c’est ainsi que Bruno Bonhoure commence son atelier de dessin en direct sur YouTube. Il s’agit d’un rituel né depuis le confinement dû au coronavirus COVID 19.

Un musicien aux commandes

Trois fois par semaine, depuis sa maison de Clermont-Ferrand, Bruno, plus connu comme musicien fondateur de l'ensemble musical La Camera della Lacrime, donne rendez-vous aux petits et aux grands à 16h30 pour animer un atelier en direct. Il raconte : « Je commence par accueillir les participants qui sont là. Il y a les habitués, qui sont en Ile-de-France, en Occitanie, à Bruxelles, à Austin aux USA, ou encore au Mexique. J’explique la règle du jeu. La gomme est interdite, le dessin est collectif ». 

Une oeuvre collective

A chaque fois, un thème est défini. Samedi 4 avril, les poissons étaient au programme. Après un intermède musical à la harpe, le groupe dessine et Bruno invite les participants à faire des propositions. Avec l’aide de Khaï-dong-Luong (l’autre fondateur de la Camera della Lacrime qui réside en Ile-de-France), Bruno Bonhoure se prête au jeu, devant une webcam. Chacun apporte sa pierre à l’édifice et peu à peu la surface de la feuille est couverte de dessins. Le plus jeune participant a 4 ans et en 9 séances live, pas moins de 300 dessins ont ensuite été envoyés à l’initiateur du projet.
Bruno Bonhoure explique : « La séance dure une heure. J’essaie de glisser des petits savoirs entre les dessins. Par exemple, pour l’atelier sur les poissons, j’ai parlé des atolls, des eaux tropicales. Et puis finalement les choses prennent sens ».

Partager une même énergie, un même souffle 

Bruno Bonhoure ajoute : « L’idée est de créer une communauté grâce au dessin. Au fond, dessiner juste, c’est comme chanter juste, partager une même énergie, un même souffle ». Le musicien conclut : « Au final, les gens se reconnaissent bien dans ce que je propose. La mission des artistes, des créateurs, n’est-elle pas de garder confiance et de créer du lien ? ». Lundi 6 avril, le thème retenu est le Moyen-Age, mercredi 8 avril, la ville et samedi 11 avril, les jeux-vidéos. Alors, à vos crayons !
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société culture art confinement : conseils pratiques