COVID 19 : seulement 4 verbalisations pour le premier week-end de couvre-feu à Clermont-Ferrand

A Clermont-Ferrand, le premier week-end de couvre-feu a été plutôt bien respecté, selon la police, seules 4 personnes ont été verbalisées. Les policiers ont fait le choix de consacrer ces 2 premières soirées de couvre-feu à faire de la prévention auprès des habitants.

Ce week-end, les policiers de Clermont-Ferrand ont verbalisé 4 personnes pour non-respect du couvre-feu.
Ce week-end, les policiers de Clermont-Ferrand ont verbalisé 4 personnes pour non-respect du couvre-feu. © J.Teiller/FTV
A Clermont-Ferrand, le couvre-feu décidé dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire du COVID 19 semble avoir été globalement bien compris et accepté par les habitants. En effet, en ce premier week-end de couvre-feu, seules 4 personnes ont été verbalisées pour avoir circulé dans la ville entre 21 heures et 6 heures du matin. La police de Clermont-Ferrand tient malgré tout à nuancer ce résultat : « L’heure était surtout à la prévention et pas encore à la sanction. On a fait pas mal de prévention au niveau des commerces comme les bars et les restaurants pour qu’ils respectent bien les horaires de fermeture », ont expliqué les forces de l’ordre.

Un week-end pour avertir la population

Ces 4 personnes verbalisées étaient, selon la police, des personnes alcoolisées qui rentraient de soirées privées à des heures très tardives et qui se sont montrées récalcitrantes. « La plupart des gens dehors pendant le couvre-feu l’étaient en début de soirée,  juste après 21 heures alors on a expliqué les mesures sans sanctionner. Les gens se sont montrés, en majorité, compréhensifs. Il faut être cohérent, samedi était un soir de match, on ne va pas verbaliser des gens dans le premier quart d’heure », affirme la police clermontoise.

L'attestation, pas encore une évidence

A total, 8 équipages de policiers seront chargés de faire respecter la mesure : « Chaque policier qui travaille durant les heures de couvre-feu est amené à repérer et à sanctionner toute personne qui ne respectent pas le couvre-feu », alertent les policiers. Seul bémol : très peu de gens croisés en dehors des horaires de couvre-feu étaient munis d’une attestation. Le justificatif ne semble pas être un automatisme pour l’instant, exception faîte des travailleurs qui avaient, pour la plupart, leur attestation sur eux, selon la police.

Les déplacements autorisés

Pour rappel, les sorties pendant le couvre-feu sont autorisées pour les motifs suivants :Une attestation dérogatoire est obligatoire. Le non-respect du couvre-feu est puni d’une amende de 135 € et jusqu’à 3 750 € en cas de récidive.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société