“La culture est essentielle et doit se réinventer” : en Auvergne, un couple d’artistes réagit au discours du Président

Pendant le confinement, Laure Desbre enregistre chez elle "Paroles de Farfelus", des podcasts imaginatifs et éducatifs pour le jeune public. / © Franck Desbre
Pendant le confinement, Laure Desbre enregistre chez elle "Paroles de Farfelus", des podcasts imaginatifs et éducatifs pour le jeune public. / © Franck Desbre

A côté de Clermont-Ferrand, Laure et Franck Desbre créent des spectacles pour enfants. Ce couple d’artistes s’est reconnu dans le message du président Emmanuel Macron car depuis le début du confinement, il cherche de nouveaux moyens pour rester au contact du jeune public.
 

Par Valérie Mathieu

"Paroles de Farfelus" c’est le nom des podcasts inventés par Laure et Franck Desbre. Mais la démarche de ce couple d’artistes, confinés à côté de Clermont-Ferrand est tout sauf farfelue. Ils rappellent que la culture représente 2,3 % du PIB en France et qu'elle est loin d’être une question annexe pour l’économie du pays.

"L’année blanche c’est ce qu’on voulait"


Intermittents du spectacle, pour obtenir l’assurance-chômage ils doivent avoir travaillé 507 heures sur douze mois. Cette année, avec les annulations et l’absence de perspectives c’est mission impossible. Laure est présidente du SNACOPVA (syndicat national des Artistes, Chefs d’Orchestre, Professionnels de Variétés et Arrangeurs). Elle a écouté avec attention le discours du Président de la République. "L’année blanche c’est ce qu’on voulait ! La question qui reste posée, c’est dans quelles conditions on va pouvoir exercer notre métier pour que les artistes et le public soient protégés."

Musiciens et acteurs, Laure et Franck Desbre gèrent une petite structure. À l’automne 2019, ils créent Les Farfelus un spectacle musical pour enfants inspiré du livre de Michel Tanco (éditions Les Fourmis Rouges).
Le coronavirus a stoppé l’aventure mais pour Laure et Franck, il n’était pas question de s’y résigner. Comment continuer à créer et surtout comment garder le lien avec leur public ? Dès la première semaine de confinement, ils n’ont pas voulu se taire et ont inventé Les Paroles de Farfelus, des podcasts musicaux mis en ligne une fois par semaine.
Tous deux voudraient s’investir dans le programme de commandes publiques en direction des écoles. Franck imagine déjà ce qu’ils pourraient mettre en place : "on expliquerait aux élèves la fabrication des podcasts, les coulisses de la création avec l’informatique musicale, l’enregistrement de la batterie, du piano et des voix."
Laure renchérit : "C’est notre devoir de créateur de sensibiliser le jeune public. C’est une chance de peut-être contribuer à la formation de futurs artistes, de déclencher une étincelle, qui sait ?"


Les enfants ont besoin de rêver


Car leurs spectacles et leurs podcasts ont une valeur pédagogique. C’est essentiel pour Laure qui a été enseignante pendant quinze ans. Chaque "Paroles de Farfelus" raconte une histoire autour de l’actualité et offre une nouvelle chanson originale et une version instrumentale. Le couple réalise tout depuis sa maison d’Orcines dans le Puy-de-Dôme. Ils ont la chance de se compléter, Laure écrit, chante et joue, Franck s’occupe de la musique  et des arrangements. Les thèmes sont propices à l’évasion : l’imaginaire, le rêve, le lien social et le libre arbitre.
On ne peut désirer mieux pour lutter contre l’isolement imposé aux jeunes enfants par la pandémie. Les enfants ont besoin de rêver. Laure et Franck comptent bien continuer de les accompagner sur les chemins de l’imaginaire. S’ils ne peuvent pas le faire bientôt sur scène, aucun doute qu’ils trouveront un autre moyen de raconter des histoires en musique.
Le prochain podcast sera mis en ligne samedi 9 mai, il s’appelle "La tête dans les nuages". Laure et Franck eux, ont les pieds sur terre et vont continuer Les Paroles de Farfelus après le déconfinement. Pour eux, ce n’est pas farfelu, c’est tout simplement essentiel. 
 

Sur le même sujet

Les + Lus