Jean Castex à Clermont-Ferrand pour évoquer la mobilité et la rénovation énergétique

Jean Castex, Premier Ministre, est en déplacement lundi 5 octobre à Clermont-Ferrand. Sa visite est placée sous le signe de la mobilité et de la rénovation énergétique.
 

Lundi 5 octobre, Jean Castex est en visite à Clermont-Ferrand.
Lundi 5 octobre, Jean Castex est en visite à Clermont-Ferrand. © Solenne Barlot / FTV
Le Premier Ministre Jean Castex est en visite à Clermont-Ferrand ce lundi 5 octobre. Il est accompagné de deux ministres, Emmanuelle Wargon, ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée du Logement et Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué auprès de la ministre de la Transition écologique, chargé des Transports. Ils doivent notamment se rendre au sein du technicentre SNCF de Clermont-Ferrand, au Brézet, sur un chantier de rénovation énergétique ainsi qu'à l'Hôtel de Ville de Clermont-Ferrand. La visite du Premier Ministre est placée sous le signe de la mobilité et de la rénovation énergétique.

Le Premier Ministre est arrivé au technicentre SNCF de Clermont-Ferrand peu après 9h30. Il a été accueilli par Laurent Wauquiez, président (LR) de la Région Auvergne Rhône-Alpes et Olivier Bianchi, maire (PS) de Clermont-Ferrand. Sont également présents Jean-Yves Gouttebel, président du Conseil départemental du Puy-de-Dôme, Jean-Marc Boyer, sénateur (LR) du Puy-de-Dôme, Valérie Thomas, députée (LREM), Michel Fanget, député (MoDem) et Brice Hortefeux, député européen (LR). Jean-Pierre Farandou, PDG de la SNCF est également de la visite. La signature du pacte ferroviaire entre l’Etat et la Région Auvergne-Rhône-Alpes s’est faite dans la rame d’un train.

Les annonces du Premier Ministre en matière ferroviaire

Jean Castex annonce : « Concernant la ligne Paris-Clermont-Ferrand, je rappelle que des investissements avaient déjà été programmés sur cette ligne, avec un renouvellement complet des rames et des travaux de régénération de la voie extrêmement importants. Grâce au plan de relance, et parce que nous savons tous les désagréments quotidiens que les dysfonctionnements de cette ligne occasionnent aux usagers, nous avons décidé, avec la Région, d’aller au-delà. Ce sont 130 millions d’euros supplémentaires qui vont être débloqués, imputés sur la plan de relance, avec un objectif très précis, permettre que Paris et Clermont-Ferrand se trouvent à 3h15, compte tenu du nombre très important des usagers qui empruntent cette ligne. (…) Il faudra un peu de patience pour que ces travaux se réalisent mais le cap est clair ». Il a rappelé les investissements en matière de fret « pour changer la donne », 170 millions par an et la baisse des péages empruntés par les trains de marchandise. Il souligne : « Nous annonçons ici que nous ajoutons des moyens, notamment pour 5 lignes dites capillaires, 20 millions d’euros. Enfin, le plan de relance prévoit aussi et c’est un tournant historique, une attention plus forte en direction de ce qu’on appelle les petites lignes desservies par des TER et souvent dans un état d’infrastructure extrêmement difficile. Pour ce qui est de l’Auvergne, nous venons de nous mettre d’accord : pour commencer 9 petites lignes feront l’objet de 130 millions d’investissement et au-delà du protocole signé avec le président Wauquiez, nous venons nous mettre d’accord sur un financement à parité de ces investissements ».

Les réactions des élus

Laurent Wauquiez, président du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, affirme : « C’est 130 millions plus 130 millions plus 30 millions qui sont annoncés. Pour nous c’est un montant considérable, entre 280 à 300 millions d’euros. En 2 ans, on va investir sur le chemin de fer en Auvergne comme jamais on l’a fait. Je ne pouvais pas accepter que la situation du Paris-Clermont se dégrade. Ces investissements vont nous permettre de gagner à peu près 15 minutes de temps. Autre engagement, celui de défendre le fret ferroviaire en Auvergne, par exemple pour Volvic, Saint-Chély-d’Apcher. Je me bats depuis des années pour qu’on ne ferme pas de lignes en Auvergne mais elles étaient menacées. Grâce à ce plan, on va pouvoir bénéficier d’investissements importants sur nos lignes d’Aurillac, le Puy-en-Velay, le Cévenol, sur tout le nœud autour de Clermont-Ferrand et sur le nœud de Montluçon ».

Olivier Bianchi, maire de Clermont-Ferrand, déclare : « Il est indispensable que sur les questions ferroviaires on améliore les choses. Tout ce qui va dans ce sens-là, et notamment une meilleure coopération entre les territoires et l’Etat à travers la signature de la Région, est une bonne nouvelle. Il y a la ligne Paris-Clermont mais il y a aussi les petites lignes et il y a toute la question l’aménagement du territoire régional. C’est plutôt une bonne chose mais ça ne suffit pas de mon point de vue. Il y a encore des progrès à faire. Les différentes péripéties sur la ligne, cette semaine encore, les retards accumulés, montrent qu’il faut aller vite et qu’il faut avoir de nouveaux véhicules, si possible avant 2024 ».

La rénovation énergétique

En visite à Beaumont près de Clermont-Ferrand, le Premier Ministre a annoncé une simplification du dispositif MaPrimeRenov. En 2020, 150 000 ménages auront demandé ce dispositif. En 2021, la cible sera élargie et l’ordre de grandeur tournera autour de 400 000 ou 500 000 dossiers.

Le comité de suivi

Parallèlement, pendant que Jean Castex se rend à l'Hôtel de Ville de Clermont-Ferrand, le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari est à l'Institut d'administration des entreprises de Clermont-Ferrand. Il rencontre le comité de suivi de la ligne de train Paris-Clermont-Ferrand en présence de Jean-Pierre Farandou, PDG de la SNCF et de Christophe Fanichet, président-directeur général de SNCF Voyageurs.

Lors de ce comité de suivi, Jean-Baptiste Djebbari a annoncé la mise en place d'un 9e aller-retour quotidien entre Paris et Clermont-Ferrand dès 2025, sauf le week-end. Il a évoqué la possibilité de doubler les trains du vendredi soir. Un journal de ligne SNCF sera installé. Actuellement, le matériel roulant a entre 30 et 40 ans. Le nouveau arrivera en 2024. 
 

Jean-Baptiste Djebbari rencontre le comité de suivi de la ligne Paris-Clermont-Ferrand.
Jean-Baptiste Djebbari rencontre le comité de suivi de la ligne Paris-Clermont-Ferrand. © Solenne Barlot / FTV
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique transports économie