JO TOKYO 2020. Originaire de Clermont-Ferrand, le coureur de 3 000 m steeple Alexis Phelut se confie : "J’ai tout donné"

Lundi 2 août, Alexis Phelut a fini 12e de la finale du 3 000 m steeple. Originaire de Clermont-Ferrand, il a réalisé une belle performance aux JO de Tokyo. Nous l’avons interviewé juste avant qu’il ne prenne l’avion pour rentrer en France.
Alexis Phelut, à droite en bleu, a fini 12e de sa finale olympique des JO de Tokyo.
Alexis Phelut, à droite en bleu, a fini 12e de sa finale olympique des JO de Tokyo. © Javier SORIANO / AFP

Des rêves encore plein la tête. Au lendemain de sa finale du 3 000 m steeple, Alexis Phelut s’apprête à rentrer en France. Nous l’avons interrogé alors qu’il s’apprêtait à prendre l’avion. Lundi 2 août, l’athlète originaire de Clermont-Ferrand a terminé 12e de la course. Un résultat dont il est fier : « Je suis plutôt satisfait de ma finale. Je ne m’étais pas fixé d’objectif car je ne savais pas comment ça allait courir. Je ne connaissais pas la physionomie de la course. J’ai vraiment tout donné pour cette finale et j’ai enchaîné les courses de haut niveau en 3 jours. Il y avait pas mal de fatigue. Les conditions de course étaient particulières avec énormément d’humidité et j’étais assez asphyxié pour courir. J’ai fini 12e et j’ai tout donné ».

Une finale historique

A seulement 23 ans, on ne l’attendait pas forcément en finale. Alexis explique : « Une finale olympique est vraiment quelque chose de particulier. Je ressens beaucoup de fierté d’être arrivé jusque-là. On est dans une atmosphère particulière, pour la plus grande compétition du monde. Cela n’a rien à voir avec les autres compétitions. Dire ce que je ressens est indescriptible ». Il a le sentiment d’avoir participé à une course historique, remporté par le Marocain Soufiane El Bakkali : « Le favori a gagné. Il domine la discipline depuis 2-3 ans et on s’attendait à ce qu’il gagne. Le fait que ce ne soit pas un Kenyan qui gagne est historique ».
 

Objectif Paris 2024

Le jeune athlète était concentré sur sa course : « Au village, on est dans un endroit où il y a beaucoup de monde. J’ai croisé des sportifs que je regardais à la télévision il y a encore 2 ans. Mais ce n’a pas plus dérangé que cela. J’étais focalisé sur la compétition et je savais ce que j’avais à faire pour être performant. Je l’ai vécu de manière normale. J’ai eu l’occasion de croiser des médaillés français ».


Pour lui, les JO de Paris en 2024 sont en ligne de mire : « Là c’était une super expérience de participer aux Jeux Olympiques. Je pense que c’est plutôt réussi. J’arrive avec la 25e performance des engagés et au final je termine 12e, c’est plutôt top. Je vois que le plus haut niveau mondial n’est pas si loin que cela. Je sais ce qui me reste à faire pour jouer devant aux JO de Paris 2024. Je vais bien me préparer. J’ai 3 années pour cela. Entre temps, j’ai de belles étapes comme les championnats d’Europe et du Monde l’année prochaine. Le but sera aussi d’être performant là-bas. Les Jeux à Paris en 2024 sont clairement mon objectif principal. J’ai du boulot pour y arriver. J’ai 23 ans, je suis encore jeune. Je sais que vais progresser énormément d’ici 2024. Je vais travailler dur ».

Un repos bien mérité

Alexis prend un avion ce mardi matin. Des vacances bien méritées l’attendent : « Je rentre en France ce soir. Je vais couper pendant 2-3 semaines car la saison a été longue avec de nombreuses compétitions. Le retour va me faire du bien. Après, je vais repartir à l’entraînement tranquillement dans 3 semaines. J’aurai une grosse phase de préparation tout l’automne et tout l’hiver pour être fort l’été prochain ». Nul doute que l’on entendra parler des performances du jeune athlète dans les prochaines années.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeux olympiques sport athlétisme