Journée sans voiture à Clermont-Ferrand, ce qu’il faut savoir

Les voitures seront à l’arrêt dimanche 19 septembre, dans le centre-ville de Clermont-Ferrand, dans le Puy-de-Dôme. La Ville organise pour la deuxième fois une journée sans voiture, « libre comme l’air » : toutes les informations à savoir sur cette journée.

Dimanche 19 septembre, il faudra laisser sa voiture au garage dans le centre-ville de Clermont-Ferrand, dans le Puy-de-Dôme, dès 10 heures et jusqu’à 17 heures. Seules les mobilités douces et les transports en commun seront autorisés à circuler. Il faudra donc sortir les baskets, les vélos, les skates ou encore les rollers pour se déplacer. C’est une journée « Libre comme l’air » qui vise à redécouvrir la ville dans un environnement apaisé.

En pratique 

Pour accéder au centre-ville si vous êtes en voiture, il faudra la laisser dans l’un des parkings relais autour de Clermont-Ferrand :

Les bus circuleront aux horaires habituels du dimanche, mais les lignes B et C seront renforcées en proposant les horaires du samedi. Le tram sera également renforcé.
Les transports en commun seront gratuits pour l’occasion.

Où ? Le périmètre interdit aux véhicules motorisés sera délimité par l'Avenue des Etats-Unis, la rue André Moinier, la rue Montlosier, le boulevard Trudaine, le cours Sablon, le boulevard François Mitterrand, le boulevard Charles-de-Gaulle et la place de Jaude. Seuls les véhicules de secours et d’urgence (pompiers, SAMU, police) et les professionnels sur présentation de justificatif (taxis, professionnels de la santé) seront autorisés à circuler.

Côté animations

Place de jaude :

Jardin Lecoq : des animations autour des produits locaux

Place de la Victoire : initiation au hip-hop et au tango

Côté qualité de l’air

Selon l’Association de surveillance de la qualité de l’air (ATMO), dans la région, les transports contribuent à plus de la moitié des émissions d’oxyde d’azote et à plus de 10 % des émissions de particules. Plus de 90 % des émissions du trafic routier sont imputables aux véhicules Diesel. Le trafic routier a aussi une incidence sur le changement climatique et contribue à plus d’1/3 des émissions régionales de gaz à effet de serre (GES). Le centre des grandes agglomérations et le voisinage immédiat des axes routiers sont particulièrement touchés par la pollution liée au trafic automobile.

Si vous habitez à proximité d’un axe à forte circulation, les conséquences sur la santé peuvent être néfastes : 15 à 30 % de nouveaux cas d’asthme chez l’enfant, l’aggravation des crises d’asthme chez l’enfant (fréquence et intensité) ; chez les adultes, la survenue de symptômes respiratoires non-asthmatiques, de troubles de la fonction pulmonaire et de pathologies cardiovasculaires (infarctus aigu du myocarde…), la réduction de l’espérance de vie.

Le site d’ATMO Auvergne-Rhône-Alpes donne plusieurs conseils au quotidien. En ville, privilégier la marche à pied, le vélo, les transports en commun, et les solutions d’auto-partage. En zones périurbaines ou rurales, il est difficile de se passer d’une voiture, mais il existe des solutions qui peuvent permettre de réduire les émissions de polluants : covoiturage, parc-relais, éco-conduite, achat d’un véhicule sobre et adapté à ses besoins, innovations technologiques comme la voiture hybride, des voitures équipées par le système du start & stop. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
écologie environnement vélo économie transports transports en commun