L’aéroport de Clermont-Ferrand devient le premier en France à proposer des biocarburants aériens durables

L’aéroport de Clermont-Ferrand est désormais le premier en France à proposer des biocarburants aériens durables, a annoncé la société Vinci Airports ce mardi 20 avril. Le premier client de ces biocarburants fabriqués à partir d’huiles alimentaires usagées sera Michelin Air Services.

L'aéroport de Clermont-Ferrand propose, depuis le 19 avril, des biocarburants aériens durables.
L'aéroport de Clermont-Ferrand propose, depuis le 19 avril, des biocarburants aériens durables. © D.Cros/FTV

Basé à Aulnat, l’aéroport de Clermont-Ferrand est désormais le premier en France à proposer des biocarburants aériens durables, a annoncé dans un communiqué la société Vinci Airports, qui porte le projet avec le Syndicat Mixte de l’Aéroport Clermont-Ferrand Auvergne (SMACFA) et la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour « promouvoir une mobilité aérienne décarbonée ».

« Les biocarburants représentant une réponse efficace et mobilisable à court terme aux défis de la transition écologique de l’aviation Depuis hier, VINCI Airports met à disposition des usagers de l’aéroport de Clermont-Ferrand Auvergne des biocarburants durables, avec pour premier client Michelin Air Services », ajoute Vinci Airports dans un communiqué. Il s'agit d'une demande qui émane de Michelin dans le cadre de sa stratégie "tout durable".

Décarboner l'aviation

Ces biocarburants, produits à partir d’huiles alimentaires usagées par Air bp. « Les biocarburants représentent en effet la solution de décarbonation de l’aviation pouvant être mise en œuvre immédiatement, avant qu’interviennent d’autres ruptures technologiques comme celle des avions à hydrogène », explique la société. Vinci Airports explique que cette démarche s’inscrit dans une volonté de « réduction significative de son empreinte carbone ».

Selon la firme, les émissions brutes de CO2 ont baissé de 22% entre 2018 et 2020 sur l’ensemble de son réseau. Laurent Wauquiez, résident de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, a précisé : « Permettre aux avions de s'avitailler en biocarburant durable moins polluant va permettre à l’aéroport de Clermont-Ferrand-Auvergne d’être à la pointe de l’innovation et un modèle des avancées pour contribuer à décarboner l’aviation. » Vinci Airports opère 45 aéroports dans 12 pays en Europe, en Asie et sur le continent américain.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports aériens économie transports écologie environnement