Le Clermont Foot aux portes de la Ligue 1 : "On est frustrés de ne pas pouvoir aller au stade"

On saura samedi 15 mai si le Clermont Foot monte en Ligue 1. Le club joue la meilleure saison de son histoire à huis clos, en raison de la crise du COVID. Les supporters sont frustrés de ne pas assister au spectacle.

Samedi 8 mai, environ 600 supporters ont accueilli le bus des joueurs du Clermont Foot avant le match contre Sochaux, à Clermont-Ferrand.
Samedi 8 mai, environ 600 supporters ont accueilli le bus des joueurs du Clermont Foot avant le match contre Sochaux, à Clermont-Ferrand. © Jean-Luc Roussilhe / FTV

Le Clermont Foot est à 90 minutes du bonheur, celui d’une montée en Ligue 1. Les joueurs seront fixés sur leur sort samedi 15 mai lors d’un ultime match contre Caen. Les Auvergnats ont pu développer leur jeu mais devant un stade Gabriel-Montpied désespérément vide, en raison de la crise du COVID. Ces matchs à huis clos, alors que le Clermont Foot joue là la meilleure saison de son histoire, pèsent énormément sur le moral des fans. Véronique Soulier, présidente de l’Amicale des supporters, explique : « On est frustrés de ne pas pouvoir aller au stade. La Ligue 1 c’est cette année et pas l’année prochaine. C’est frustrant de ne pas aller au stade. La plupart de nos supporters sont abonnés à Bein sport et suivent les matchs à la télé. On ne peut pas se retrouver entre amis. On est chacun de notre côté ».

On ressent de la frustration

Même sentiment chez Benjamin Combeau, président de l’Armada Clermont : « On ressent de la frustration. C’est historique ce qu’ils sont en train de faire et on est là, on ne peut pas aller au stade et les encourager. C’est vraiment frustrant. On essaie de mettre des banderoles dans le stade et on essaie d’être présents au maximum. On espère pouvoir fêter cette montée historique ». Virgile Antoniotti, président des Ultras Clermont partage cette frustration : « C’est frustrant car on a l’habitude d’être présents à domicile et à l’extérieur depuis pas mal d’années. Rester chez soi sur le canapé est très compliqué, surtout avec une saison pareille où les joueurs mériteraient d’avoir du public à chaque fois. On essaie de se rejoindre avec quelques amis, mais jamais à plus de 6 personnes. Dans la mesure du possible on essaie de ne pas être tout seul car ce n’est pas terrible. Ca a été une année compliquée. On n’a pas pu se rassembler dans les bars non plus ».

Un accueil inoubliable

Mais samedi 8 mai, environ 600 supporters se sont rassemblés devant le stade Gabriel-Montpied afin d’accueillir le bus des joueurs avant le match contre Sochaux. Un moment de communion.

Benjamin Combeau, président de l’Armada Clermont, raconte : « On a eu des frissons car c’était grandiose. C’était historique. On avait lancé un appel sur les réseaux sociaux pour essayer de ramener un peu de monde. On s’attendait à ce qu’il y ait 80 -100 personnes tout au plus. Voir tout ce monde était indescriptible ». Virgile Antoniotti, président des Ultras Clermont, ajoute : « C’était un moment de joie, un moment particulier parce qu’on n’a jamais été aussi proche de monter en première division. On avait lancé l’appel à tous les gens qui voulaient nous rejoindre et ca a été une grande première vu le nombre de personnes présentes. On ne savait pas à quoi s’attendre. On a été agréablement surpris de la mobilisation des supporters ».

Des supporters derrière le club

Les fans regrettent de ne pas pouvoir acclamer leur équipe. Véronique Soulier, présidente de l’Amicale des supporters, indique : « On aurait au moins aimé pouvoir assister au dernier match de la saison à domicile. On ne joue pas tous les jours une montée en Ligue 1. On ne pourra même pas se retrouver tous ensemble, un peu à l’image de l’ASM quand ils gagnent le Brennus. On espère trouver une solution pour fêter cela avec nos joueurs ». Les supporters analysent les raisons du succès du Clermont Foot. Véronique Soulier, présidente de l’Amicale des supporters, affirme: « Cette année, ils ont très bien joué et ce n’était pas chacun pour soi. Mais on n’était pas là pour les applaudir. Ils ont fait une très belle saison. Ils jouent comme des joueurs en famille. Il y a un vrai esprit d’équipe. Contre Caen, j’y crois vraiment. Nos joueurs vont aller jusqu’au bout ».

Les raisons du succès

Benjamin Combeau, président de l’Armada Clermont, poursuit : « On doit ces bons résultats à Pascal Gastien. Le jeu est flamboyant, ça joue vite, il y a une super attaque. Ils ont pu conserver quasiment tous leurs cadres et les joueurs ont pu développer des automatismes en jouant régulièrement ensemble ». Virgile Antoniotti, président des Ultras Clermont, estime : « Il y a eu un gros travail au niveau de l’encadrement et du recrutement. Le club a su s’entourer des bonnes personnes. Pascal Gastien, depuis son arrivée, a apporté un petit plus qui manquait au club. Il a transformé l’équipe, au niveau du jeu. Il a su mettre en place ce qu’il voulait ».

Des fans stressés

A quelques jours du match décisif contre Caen, la pression monte pour les fans. « On croit en la montée. Ca fait 2-3 ans que le club joue bien, taquine les premières places. Il reste un seul match. On y croit dur comme fer. Les supporters sont envahis par le stress. Ca ne sera pas un match facile à Caen. Monter en Ligue 1 c’est toucher le Graal » confie Benjamin Combeau, président de l’Armada Clermont. Virgile Antoniotti, président des Ultras Clermont, conclut : « On ressent de l’impatience. On a envie d’être samedi prochain, et que tout se passe bien et que le dénouement soit heureux. Il ne reste plus qu’un match. Les joueurs méritent ce qui leur arrive. On croit à la montée plus que jamais. Cela fait plus de 20 ans que je les suis. Il y a eu des moments très difficiles. Là, ce n’est pas possible de ne pas croire à la montée. On ne sait pas si on pourra fêter la montée. Ca va être difficile à faire. On va le faire dans la mesure du possible. On va voir avec le club et la ville ce qui va pouvoir être fait ». Les supporters croient dur comme fer à la montée du Clermont Foot en élite. Ils espèrent fêter cela, histoire de montrer que Clermont-Ferrand n’est pas qu’une terre de rugby.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
clermont foot 63 football sport ligue 2 ligue 1 covid-19