Ligne SNCF Clermont-Paris : plus de 17 heures de trajet, encore une nuit de galère pour les passagers d’un train

La nuit du jeudi 25 au vendredi 26 juillet, les passagers de l’Intercité Clermont-Ferrand - Paris ont dû la passer dans le train, bloqués à la gare de Nevers. Les pannes et trains annulés pour rejoindre la capitale se sont succédé.
 

Une fois encore, un train parti de Clermont-Ferrand a rencontré de multiples difficultés pour rejoindre Paris.
Une fois encore, un train parti de Clermont-Ferrand a rencontré de multiples difficultés pour rejoindre Paris. © K. Tir / France 3 Auvergne
Le 27 juin dernier, les passagers partis en train de Paris à 17h57 étaient arrivés à Clermont-Ferrand le lendemain, à 8 heures. Un record, qui vient déjà d’être battu. Censés partir de Clermont-Ferrand à 17h30 jeudi 25 juillet, des voyageurs sont arrivés à destination seulement vers 11h vendredi 26 juillet : soit plus de 14 heures après l’heure prévue, ou dit autrement après 17 heures de voyage !
 

La galère a commencé dès le début. Le train Intercités 5982, départ prévu à 17h26, est parti avec du retard. Un grand classique sur cette ligne : le train a fini par partir, près d’une heure après l’heure prévue. Mais il s’est arrêté au nord de Nevers, en raison d’une chute d’arbre sur une caténaire. "Assez vite on nous a donné des bouteilles d’eau, et des pompiers sont passés dans les voitures, raconte Charles, un passager de 31 ans. Vers 19 heures, on nous a dit qu’on allait nous ramener jusqu’à Nevers pour passer là-bas, mais on a attendu jusqu’à minuit pour bouger. Il faisait hyper chaud, sans la clim on avait l’impression d’être dans un four à pizza. Des gens fumaient à l’intérieur, les toilettes étaient saturées. Avant d’arriver à Nevers on s’est de nouveau arrêté, des passagers ont commencé à perdre leur calme parce que l’information n’était pas claire. Les contrôleurs faisaient ce qu’ils pouvaient mais ils étaient débordés."
 

Une nuit passée à la gare de Nevers


Vers 2h du matin, le train arrive enfin à Nevers, où les passagers peuvent descendre s’aérer. "Là, rien, pas d’accueil, pas d’info, déplore Charles. En revanche il y avait tout un escadron d’agents de sûreté pour éviter l’émeute. On nous a distribué des boîtes repas, et on nous a dit de remonter dans le train pour y dormir en attendant de repartir avec le train de 5h50."
 

Problème : ce nouveau train est annulé, à cause d’une autre chute d’arbre. Les passagers doivent alors changer par deux fois de train, et prendre leur mal en patience, pour finalement prendre la direction de Paris à 7h40.  "J’ai jamais vécu ça de ma vie, déclare Charles. C’était estomaquant de voir tout le monde désemparé, y compris la SNCF."

   

"Eprouvant"


Gérald, passager de 42 ans, confie avoir été surpris de "la patience des gens, qui dans l’ensemble ont bien gardé leur calme". A Nevers, il a fait le choix de prendre un TER pour Vierzon, et d’y attendre un autre train pour la capitale. "C’est surtout ce matin que ça a été compliqué. Jusqu’à Nevers les personnes en charge ont été géniales, elles étaient dans la même galère que nous. A Vierzon l’accueil était moins chaleureux.
 

"J’ai vécu la même chose sur une autre ligne il y a 20 ans. Je suis épatée de voir qu’en 20 ans la SNCF n’apprend pas de ses carences", soupire Martine, 40 ans, montée dans le train à Moulins. "C’était éprouvant, il est temps d’aller vraiment se coucher".

De son côté, la SNCF explique qu’elle a dû faire face aux dégâts causés par les intempéries : "Le problème de l’événement c’est qu’il était évolutif. L’évolution de la situation dans le cas d’arbres qui tombent n’est pas forcément possible à prévoir. A chaque fois il faut envoyer des équipes pour constater les dégâts, et tout cela prend du temps", souligne un responsable. Celui-ci précise que les clients les plus fragiles et les mineurs ont été pris en charge à Nevers, et que le billet de tous les voyageurs sera remboursé à 200%.
 
De nombreux arbres sont tombés sur les voies dans la nuit.
De nombreux arbres sont tombés sur les voies dans la nuit. © SNCF

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf économie transports
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter