Mort de Valéry Giscard d’Estaing : « Visionnaire, réformateur », Louis Giscard d’Estaing rend hommage à son père

Au micro d’Europe 1, Louis Giscard d’Estaing a rendu hommage au président qu’était son père, Valéry Giscard d’Estaing, décédé des suites du COVID 19 le 2 décembre à l’âge de 94 ans. Il le décrit comme « visionnaire, gestionnaire et réformateur ».
Louis Giscard d'Estaing est ici aux côtés de son père Valéry Giscard d'Estaing le 26 octobre 2006 à Chamalières (Puy-de-Dôme).
Louis Giscard d'Estaing est ici aux côtés de son père Valéry Giscard d'Estaing le 26 octobre 2006 à Chamalières (Puy-de-Dôme). © CAMPAGNONI Francis/MAXPPP
Suite au décès de l’ancien président Valéry Giscard d’Estaing, son fils Louis Giscard d’Estaing, maire de Chamalières (Puy-de-Dôme), s’est exprimé au micro de nos confrères d’Europe 1 ce jeudi 3 décembre. Il a rendu hommage « avant tout à l’exceptionnel homme politique, à celui qui a été un des très grands présidents de la République française ». Il a souligné les liens tissés par son père avec d’autres grandes nations, comme l’Allemagne ou les Etats-Unis : « Sa dimension internationale contribuait au rayonnement de la France puisqu’il avait noué une relation particulière avec le président des Etats-Unis au moment de son élection, ce qui lui a permis de lancer des initiatives franco-américaines, de créer ce qui va devenir le G7 et maintenant le G20. »

Un septennat sous le signe de la modernité

Avec admiration, il a également évoqué les revers de fortune connus par l’ancien président : « Il a indiscutablement été meurtri par le fait qu’en 81 son action politique n’a pas pu continuer au-delà de ce premier septennat, sachant qu’il considérait qu’il avait encore beaucoup de choses à faire. Toutes ses actions politiques, il voulait les poursuivre. Il y aurait eu d’autres moments qui auraient nécessité toutes ses capacités de visionnaire, de gestionnaire et de réformateur. » Parfois comparé à Emmanuel Macron de par sa jeunesse et certaines de ses tendances politiques, selon son fils, VGE ne s’en offusquait pas, au contraire : « Ca démontrait simplement qu’Emmanuel Macron représente cet élan de modernité que lui-même avait porté à partir de 1974 et qu’il avait apporté cet élan à la jeunesse mais aussi à l’ensemble des Français à travers les réformes de société qu’il a menées. Je crois que c’est cette jeunesse et cette énergie qu’il a mis au service de la modernisation de notre pays qui fait que c’est peut-être une bonne chose qu’aujourd’hui certains continuent à s’en inspirer. » Les funérailles de l'ancien président auront lieu, selon son souhait, dans la stricte intimité familiale.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique décès faits divers hommage société