Pourquoi le développement de Michelin ne passera pas que par le pneu en 2030

Le comité exécutif de Michelin a présenté jeudi 8 avril sa stratégie à l’horizon 2030. Le groupe dont le siège est à Clermont-Ferrand a décidé de prendre un virage : 30 % du chiffre d'affaires sera lié à des activités autres que le pneumatique.

A l'image de son siège de Clermont-Ferrand, le groupe Michelin est en pleine mutation.
A l'image de son siège de Clermont-Ferrand, le groupe Michelin est en pleine mutation. © Stéphane Trentesaux / FTV

Alors que le siège de Michelin à Clermont-Ferrand est en pleine rénovation, l’entreprise s’apprête à amorcer un virage stratégique. En visioconférence devant les investisseurs du monde entier, jeudi 8 avril, le président de Michelin, Florent Menegaux a annoncé sa volonté de mettre l'entreprise en mouvement. Il explique : « Nous devons améliorer la vie en mouvement et trouver un équilibre entre les hommes, la planète et la croissance ».

Chercher de nouveaux leviers de croissance                                                     

A l’horizon 2030, Michelin va toujours s’appuyer sur le pneumatique et ses innovations mais ce secteur ne représentera plus que 70% du chiffre d'affaires. L’entreprise va chercher de nouveaux leviers de croissance dans la recherche de matériaux composites, l’impression 3D, le secteur médical ou encore la mobilité hydrogène. Une usine de piles à hydrogène sera inaugurée dans l’agglomération lyonnaise en 2023.

Nous allons avoir des activités qui seront peut-être moins dépendantes de la mobilité

Yves Chapot, gérant et directeur financier de Michelin, souligne : « Le pneu va continuer de croître. Ca restera le cœur du métier de Michelin mais à côté du pneu, nous allons avoir des activités qui seront peut-être moins dépendantes de la mobilité. On a parlé d’hydrogène mais il y a aussi l’impression 3D ou les activités que nous avons dans notre filiale Fenner aux Etats-Unis, dans le médical. C’est aussi un moyen de réduire notre exposition au marché du transport et de la mobilité ». Il ajoute : « Michelin est une entreprise qui veut devenir plus durable dans le futur. Cela veut dire une meilleure répartition de nos objectifs entre ceux qui sont liés aux personnes, à l’environnement, et ceux qui sont liés à la performance économique. Quelque 20 à 30 % de notre chiffre d’affaires qui seraient réalisés en 2030 hors du pneumatique est une manière de déployer les savoir-faire de Michelin en dehors du pneu ». Pour ajuster sa stratégie le groupe a déjà adopté un plan de compétitivité qui prévoit la suppression de 2300 postes en France d’ici 2023.
 

Une fois que la crise liée au COVID sera passée, Michelin prévoit de réaliser en 2023 des ventes autour de 24,5 milliards d'euros, soit 0,4 milliard de plus qu'en 2019, puis en moyenne 5% de croissance par an, a indiqué la direction du groupe.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
michelin économie entreprises