Puy-de-Dôme : l’entreprise de luminaires Dietal reprise par les porteurs du projet Dietschi-TTH

La nouvelle est arrivée aux salariés en fin d’après-midi mardi 5 janvier, le tribunal de commerce a choisi l’offre portée par Marc Dietschi et le groupe TTH pour reprendre l’entreprise Dietal de Saint-Georges-de-Mons dans le Puy-de-Dôme.

La fabrication de luminaires désinfectants va pouvoir se poursuivre dans l'usine Dietal de Saint-Georges-de-Mons dans le Puy-de-Dôme
La fabrication de luminaires désinfectants va pouvoir se poursuivre dans l'usine Dietal de Saint-Georges-de-Mons dans le Puy-de-Dôme © Fred Marquet - MAXPPP

Pour la poursuite des activités du fabriquant de luminaires industriels Dietal, placé en redressement judiciaire en novembre 2020, et qui possède deux usines à Saint-Georges-de-Mons dans le Puy-de-Dôme et en Roumanie, le tribunal de commerce de Clermont-Ferrand a retenu mardi 5 janvier le projet de l’alliance "La Manufacture des Lumières" fondé par Marc Dietschi, le fils du fondateur (qui avait vendu l’entreprise mais pas les murs au début des années 2000) et le groupe TTH connu en Auvergne pour avoir repris les ACC (les Ateliers de Construction du Centre, spécialisés dans la rénovation de matériel ferroviaire à Clermont-Ferrand) en 2019, assorti du maintien de 120 des 137 salariés et d’une priorité d’embauche sur 6 postes proposés par les ACC.

Il n’a donc pas retenu le projet de SCOP porté par certains salariés qui avaient pourtant mobilisé un potentiel de 700 000 euros et prévoyaient de conserver 113 salariés.

"On pense que les juges ont fait la même analyse que nous" dit Aurélie Beaufort, secrétaire du CSE. "On espère maintenant garder nos emplois, finir nos carrières à Dietal et ne plus retourner au tribunal que l’on a trop fréquenté ces derniers mois. Au départ notre préférence allait à la SCOP, mais ils étaient adossés à des prêts et c’est hasardeux dans cette année 2021 qui va être tendue pour toutes les entreprises. Et puis ils n'étaient pas très nombreux dans l'équipe dirigeante. Mais on reconnait aussi le mérite de la SCOP qui s’est manifestée la première, ça été un signe pour les autres repreneurs, ils ont su rendre notre entreprise intéressante".

"L’idée c’est la renaissance de l’entreprise via cette marque la Fabrique des lumières by Dietal. C’est important pour ma sœur et moi de revenir, on n’était plus dans l’opérationnel mais on était toujours sur le site et dans le métier. Ça n’était pas possible pour nous que ça s’arrête mais on ne pouvait pas le faire seuls. C’est le sens de l’alliance avec TTH et les ACC avec qui on va pouvoir développer des synergies pour l’éclairage, le câblage et la tôlerie par exemple", explique Marc Dietschi.

Dans les atouts de Dietal, il y a ce luminaire mixte équipé de lampes à LED et d’émetteurs UV-C qui permettent la désinfection des locaux inoccupés la nuit, un produit développé au cours de l’année 2020 pour proposer une solution de lutte contre le coronavirus Covid 19 et testée actuellement dans certaines salles de cours du lycée Lafayette de Clermont-Ferrand.

Deux autres projets avaient été présentés devant le tribunal de commerce, celui du groupe ASSMANN, déjà propriétaire de deux usines de luminaires et spécialisé dans la reprise d’entreprises ainsi que celui du groupe strasbourgeois Velum.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie entreprises justice société coronavirus/covid-19 santé