• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Puy-de-Dôme : les salariés de Luxfer présentent leurs contre-propositions pour sauver leur usine de Gerzat

Les salariés du groupe Luxfer Gas Cylinders ont donné leurs contre-propositions, jeudi 31 janvier, pour sauvegarder le site de l'usine à Gerzat. / © Maxime Van Oudendycke
Les salariés du groupe Luxfer Gas Cylinders ont donné leurs contre-propositions, jeudi 31 janvier, pour sauvegarder le site de l'usine à Gerzat. / © Maxime Van Oudendycke

Les 136 salariés du groupe Luxfer Gas Cylinders ont fait leurs contre-propositions pour sauvegarder l’activité, jeudi 31 janvier. En novembre 2018, le groupe avait pris la décision de fermer l’usine de Gerzat dans le Puy-de-Dôme.
 

Par Aurélie Albert

Une première contre-proposition avec 17 projets a été annoncée par les salariés de l’entreprise Luxfer Gas Cylinders basée à Gerzat, dans le Puy-de-Dôme, jeudi 31 janvier. Les 136 salariés ont décidé de rédiger ces contre-propositions après la décision du groupe de fermer l’usine de Gerzat. 

Parmi ces propositions : la baisse du recours à l’intérim de production estimée à 800 000 euros ; la baisse des effectifs avec notamment le non-remplacement des départs en retraite (estimée à une quinzaine de départs sur les 5 prochaines années) ; la baisse du recours aux heures supplémentaires ; la réorganisation des flux de travail dans l’atelier et la mise en place des projets. De la réorganisation de l’organigramme à l’automatisation des contrôles métrologiques, tout est évoqué et évalué financièrement par les salariés. 
Ils précisent également la possibilité pour la direction d’une réorganisation limitée. Les représentants des salariés sont ouverts à la négociation d’un accord. 
 


Les salariés mettent aussi en avant le coût de fermeture du site pour le groupe : au-delà des coûts sociaux de fermeture, il faudra prendre en compte les coûts de dépollution qui représenteraient plus de 25 millions d’euros. 
Dans leur document, les salariés font une deuxième contre-proposition, qui reste une option secondaire : céder toute ou partie de l’activité à un repreneur potentiel pour sauvegarder une partie du site. 

Le 18 janvier, la direction du groupe Luxfer Gas Cylinders a déclaré accepter d’examiner ces contre-propositions. Elles devraient également faire l’objet d’un examen par les services de l’Etat, de la région et de la métropole. Le 12 février, la direction doit rendre une décision. 
Et 18 février, le ministère de l'Économie recevra également quelques représentants du personnel. 

Sur le même sujet

Beaulieu (Ardèche) : comment détermine-t-on la date des vendanges ?

Les + Lus