Puy-de-Dôme : hausse inquiétante de la mortalité sur les routes depuis le début de l'année

Depuis le mois de janvier 28 personnes ont trouvé la mort sur les routes du Puy-de-Dôme. Un triste record. Avec l'installation des nouveaux radars tourelles, la préfète de l'Allier espère endiguer cette de la mortalité. / © ALEXANDREMARCHI/MAXPPP
Depuis le mois de janvier 28 personnes ont trouvé la mort sur les routes du Puy-de-Dôme. Un triste record. Avec l'installation des nouveaux radars tourelles, la préfète de l'Allier espère endiguer cette de la mortalité. / © ALEXANDREMARCHI/MAXPPP

Près de 28 personnes ont perdu la vie sur les routes du Puy-de-Dôme depuis le mois de janvier. Du jamais vu depuis 2009. L'installation de 3 nouveaux radars tourelle en juillet prévoit d'endiguer cette hausse.
 

Par Mohamed Benmaazouz

Les routes du Puy-de-Dôme sont particulièrement meurtrières cette année. Depuis le début l'année, 28 personnes y ont perdu la vie. A la même période l'an dernier, on constatait 22 décès. Si la plupart des accidents mortels constatés impliquent des voitures, les motards et les piétons ou encore les cyclistes ne sont pas en reste. Six personnes sont mortes en moto, deux à vélo, ainsi que trois piétons. Ce mois de juillet, le Puy-de-Dôme a accueilli 3 nouveaux radars tourelles (D943 Saint-Ours, D1093 Maringues, D2009 Aubière ). Un quatrième devrait faire son apparition au mois d'août, a indiqué la préfecture mercredi 24 juillet. Objectif, endiguer la hausse de la mortalité sur les routes. 

"L'objectif c'est de faire ralentir et de faire en sorte que le code de la route soit respecté pour plus de sécurité"

Ces derniers outils derniers cri flashent dans les 2 sens, et pour l'instant seule la vitesse est verbalisée, à terme ces radars pourront contrôler d'autres infractions au code de la route tel que non-respect des distances de sécurité, le franchissement de lignes continues, ou encore l'usage du portable au volant. Des mesures répressives soutenues par la préfète du Puy-de-Dôme Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc : " il faut faire du répressif, je crois que la peur du gendarme, du policier ça reste dissuasif et efficace, mais il faut faire bien sûr aussi du préventif."

Par ailleurs, à Clermont-Ferrand, ce sont les policiers municipaux qui sont chargés de la prévention dans les écoles, et ce grâce à un accord avec la municipalité. " L'objectif c'est de faire ralentir et de faire en sorte que le code de la route soit respecté pour plus de sécurité " ajoute la préfète. Pour rappel la première cause de mortalité sur les routes est la vitesse. Elle est à l'origine de la moitié des accidents mortels, devant la consommation d'alcool.






 

Sur le même sujet

Rassemblement enseignants à Vaulx-en-Velin

Les + Lus