Sommet de l'Elevage de Clermont-Ferrand : "Quand t’es fatigué, tu dors avec la vache"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Jérôme Doumeng
Sur le parking du Sommet de l'Elevage de Clermont-Ferrand, de nombreux agriculteurs dorment dans des caravanes ou des couchages de fortune, façon camping à la ferme.
Sur le parking du Sommet de l'Elevage de Clermont-Ferrand, de nombreux agriculteurs dorment dans des caravanes ou des couchages de fortune, façon camping à la ferme. © J.Doumeng/FTV

A Clermont-Ferrand, lorsque le Sommet de l’Elevage ferme ses portes, une nouvelle vie y commence, tout aussi festive. Dans un confort sommaire, de nombreux éleveurs dorment sur place, près de leurs animaux, dans une ambiance bon enfant. Bienvenue au camping à la ferme !

Contrairement aux éditions précédentes, cette année, le rassemblement des professionnels de l’élevage à Cournon-d’Auvergne, près de Clermont-Ferrand, se tient sur quatre jours, et non pas sur trois. Pour autant, cela ne change en rien les habitudes des exposants du Sommet de l’Elevage et notamment des éleveurs bien rodés au rythme intensif de ces journées. Pour beaucoup, la nuit se confond même avec le jour, au point de dormir sur place. Et quand ce n’est pas avec les animaux, ce n’est en tout cas jamais très loin.

« La dernière fois, on dormait dans les voitures »

Des caravanes, des camping-cars sur un parking. On se croirait au pied des pistes d’une station de ski l’hiver. Mais foin de tout cela ! Benoît Rolly est arrivé parmi les premiers pour être au plus près de ses animaux, juste derrière les grilles de l’entrée. Depuis sa caravane encore attelée à son véhicule (et qui le restera jusqu’à vendredi), il veille sur ses Montbéliardes. Il peut presque les entendre et les sentir. A l’occasion, il peut aussi intervenir rapidement en cas d’éventuels problèmes. Dans les 6 m² de la Roller Raphael 201 de 1977, « on est 3 voire 4 à y dormir ! » raconte cet éleveur de Saint-Pal-de-Chalençon (Haute-Loire), onze sommets dans les pattes à son actif. Une sorte d’Himalaya pour lui : « La dernière fois encore, on dormait dans les voitures, mais ne pas pouvoir s’allonger pendant toute une semaine, c’était dur ». Comment ne pas le croire ? « Et puis cette année, un voisin est venu donner la caravane à la ferme alors on l’a prise et la voilà maintenant au Sommet. J’ai juste eu à emmener de quoi se chauffer ». Si Benoît ne boude pas son plaisir, cela reste néanmoins un confort somme toute très relatif. Car si, pour la cuisine, les produits de bouche sont à portée de main, pour la toilette, il faut aller aux douches collectives dédiées aux éleveurs. Bref, l’esprit d’un camping à la ferme.

« Le foin, ça tient chaud au moins. Son seul défaut, c’est que ça pique ! »

D’autant qu’aux dires des uns et des autres, les soirées y sont tout aussi festives. C’est d’ailleurs l’une des raisons d’être, parmi d’autres, de la caravane aux abords des stands. « Si c’est pour souffler dans le ballon au premier rond-point, non merci ! » tonne Patrick. Ce grand gaillard semble déjà savourer le prochain baisser de rideau, ce soir, quand les visiteurs auront déserté les lieux et que l’entre soi prendra des airs de fête de village. « Il faut venir ! Le soir, ça n’a plus rien à voir ! » lance-t-il. Oui, pourquoi pas, enfin, faut-il encore avoir une caravane … « Pffoff ! Quand t’es…« fatigué »…, tu sais, tu dors partout hein ? Et s’il faut se coucher avec la vache, ce n’est pas un problème ! ». Eh oui, bien sûr, je vois. Avant que le scepticisme ne triomphe, voilà Jean-Pierre, éleveur, lui aussi. Il passe une tête dans la mêlée. « Nous, avant, on louait des camions, et on mettait les matelas dedans. Cette année, regarde ! » - Jean-Pierre de soulever le hayon de son Citroën Berlingo - « Maintenant le matelas, il est là ! » Là, à l’arrière du véhicule, pas assez grand pour étirer le matelas à plat.

Mieux…ou pas, une remorque complète l’attelage. Sous une bâche bleue, du foin et des seaux de compléments alimentaires. « Et là, poursuit Jean-Pierre, un autre peut aussi y dormir ». Mais alors comme faites-vous, entre vous, pour choisir votre lit ? La courte paille ? La bonne blague. « Non, premier arrivé, premier servi ! Après tout, il écarte un peu le foin et il est bien là ! Mieux que dormir par terre sur le goudron non ? Le foin, ça tient chaud au moins. Son seul défaut, c’est que ça pique et que quand tu as une gonzesse, ça le fait pas !».

« Nous, on est nées ici »

Pour voisine immédiate, Jean-Pierre a une caravane du siècle précédent immatriculée 63, frappée d’un autocollant « Sancy Truffade Power ». A l’intérieur, ambiance vacances au bord de mer. Trois copines dont on dirait qu’elles découvrent pour la première fois les joies de partir sans papa ni maman. Après tout, Mathilde, Mélissa et Marie ont à peine 18 ans. Elles sont filles d’agriculteurs. « On vient ici depuis toutes petites, c’est comme si on était nées ici » s’enthousiasme Mathilde.

Elles sont élèves en BTS production animale au lycée agricole Bonnefont à Brioude (Haute-Loire). « Le Sommet de l’élevage est inscrit au programme de notre formation. On s’occupe notamment des ovins, on les soigne et on les présente au concours » détaille Marie. A leurs larges sourires affichés, on comprend que l’exercice ne force pas trop leur nature. Les trois filles sont à leur place et goûtent chaque minute passée dans leur zone de confort. A les entendre, le Sommet est « the place to be » et le climax devrait être atteint « demain (jeudi). C’est la soirée des éleveurs, ça chante, ça danse » s’y voit déjà Mélissa, toute à sa joie. Une fête dans la fête en somme. Et bien mieux qu’un camping : l’emplacement est gratuit.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.