Un oiseau tombé du nid : voici ce qu’il faut faire et ne surtout pas faire

Le printemps est de retour. À cette période, il est fréquent d’observer de jeunes oiseaux, dans les nids, mais aussi au sol. Voici comment agir au mieux face à un jeune oiseau tombé du nid.

Au hasard d'une promenade ou dans son jardin, on peut se retrouver nez à nez avec un jeune oiseau qui semble être tombé de son nid. Il peut être tentant de venir à sa rescousse. Un geste pas toujours utile voire dangereux. Alors quelle attitude avoir ? Que faire ? Et ne surtout pas faire ? Voici quelques conseils.

Un oiseau en détresse ou en pleine émancipation ? 

Beaucoup pensent que voir un oiseau au sol signifie qu'il est en danger ou en détresse. Mais c’est plus complexe que cela. Magali Germain, chargée de communication à la LPO nous éclaire : “Il faut différencier deux cas entre les oisillons tout nus et très jeunes et les oisillons bien plumés voire adultes”.

Vous vous retrouvez face à un petit oisillon sans plumes et il n'y a pas de nid à proximité ? Aucune alternative n'est possible : il faut appeler un centre de sauvegarde. Dans le cas où un nid est visible et accessible, il est possible de replacer l’oiseau. “Un oisillon ne sera jamais mieux élevé que par ses parents”, souligne l'experte. À la différence des mammifères, les oiseaux ont un odorat peu développé et leur contact ne provoquera aucun rejet de la part des parents.

La deuxième possibilité est que l’animal soit en plein apprentissage. Et cela concerne certaines espèces d’oiseaux. “Les mésanges, les rouges-gorges, les merles font partie des oiseaux qui passent obligatoirement par une phase d’émancipation au sol, précise Magali Germain. Cela fait partie de leur développement. Même s’ils ne sont pas en état de voler, ils s’émancipent au sol. Donc inutile de le remettre au nid, vous pourrez le retrouver au sol quelques minutes plus tard”. En revanche, si l’animal est blessé, il faut l'emmener au centre de sauvegarde sans se poser de questions.

À l'inverse, des espèces comme la chouette, l’hirondelle ou le martinet ne vivent pas du tout au sol. Voir un de ces oiseaux au sol est tout sauf une bonne nouvelle et mérite d'agir.

Et si l'oiseau est orphelin ? 

Dans certains cas, assez rares, il arrive qu’il n’y ait pas de parents pour s’occuper du petit volatile. Pour en avoir le cœur net, Magali Germain dévoile quelques signes qui peuvent alerter: “Les fientes autour du nid peuvent être des indices. Si les fientes sont blanches, l’oiseau est bien nourri. En revanche, si vous observez des fientes vertes, cela signifie que l’oiseau est en dénutrition. C’est le signe qu’il n’est pas nourri donc que ses parents ne sont plus là". Dans ce cas, inutile de le nourrir, il est recommandé de l'emmener au centre de sauvegarde le plus proche de chez vous. 

Pas de nourriture ni de boisson 

Le plus souvent, les parents ne sont pas très loin, en train de chercher de la nourriture. Ainsi, il est fortement déconseillé de lui donner à manger. “En fonction des espèces, l’alimentation va être différente, précise la spécialiste. À moins d'être initié à l’ornithologie, il est difficile de reconnaître les différentes espèces d’oiseaux. Donc plutôt que de donner une nourriture inadaptée qui va le mettre en danger, il vaut mieux le remettre dans son nid ou appeler un centre de sauvegarde”En cas de fortes chaleurs, on peut toujours hydrater l’oiseau. “On peut lui mettre deux à trois gouttes d’eau sur la pointe du bec”

Mais, attention, on ne force jamais un oiseau à manger ou à boire. “On n’ouvre pas le bec de force, prévient Magali Germain. On ne lui donne pas d'eau à la cuillère ou avec une seringue. On risque de se tromper entre le tuyau de l’estomac et le tuyau vers les poumons”.

Manipuler l’oiseau avec douceur 

Si vous devez emmener le petit volatile dans un centre de sauvegarde, Magali Germain donne quelques conseils pour le faire en douceur. “La première étape est de réchauffer l’oiseau. La température corporelle d’un oiseau est supérieure à la nôtre, on l’estime à 39°C”. Pour cela, installez votre petit protégé dans une boîte fermée adaptée à sa taille. Placez une bouillotte enroulée dans du tissu pour éviter de brûler l’animal. Perforez-la de petits trous à l’aide de la pointe d’un crayon ou d’une paire de ciseaux, puis mettez-la au calme. 

Dans le cas d’un oiseau en plein apprentissage, on peut toujours l’aider à reprendre son envol. “Il faut veiller à le faire sur l’herbe pour éviter que l’animal ne se blesse”. Il est également tentant de vouloir câliner le petit oiseau pour le rassurer. Mauvaise idée selon la membre de la LPO. “Il ne faut aucune interaction. C’est une source de stress pour lui”.

Enfin, garder l’oiseau chez soi pour l’élever est également une mauvaise idée. En effet, la détention par un particulier d’un animal sauvage prélevé dans la nature est interdite. Cela constitue une infraction au code de l’environnement. La sanction peut atteindre un an d’emprisonnement et 150 000 € d’amende. 

L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité