Vague de chaleur à Clermont-Ferrand : coup de chaud à l’école

Trop chaud dans les classes, la canicule s'invite en cette rentrée 2023. A l'école Nestor-Perret de Clermont-Ferrand, la vigilance est de mise dans les salles de classe.

En plus du cartable, un autre accessoire est devenu indispensable au bon déroulé des cours, en cette rentrée 2023, raconte une jeune élève : « Ma gourde d’eau, comme j’ai très chaud ! ». A l’école Nestor-Perret de Clermont-Ferrand, on surveille l’hydratation des élèves. « Chacun a sa gourde personnalisée, depuis un certain temps. C’est plutôt une bonne manière de faire que chaque enfant ait le réflexe de boire et de s’hydrater", explique une maîtresse. Rémi Chabrillat, adjoint en charge de l’énergie à la Ville de Clermont, reconnaît une problématique liée à la chaleur, dans des écoles construites alors que la question des canicules était bien moins inquiétante : “On a des salles où il fait chaud. On s'organise d’abord au niveau des réponses techniques à court terme. Il y a aujourd'hui 400 ventilateurs dans les écoles. Il y a à peu près la moitié des classes qui en sont équipées. On s'organise aussi avec le personnel enseignant pour hydrater les élèves. Dans chaque école, on a cherché à identifier une salle un peu fraîche ou les élèves se mettent à l'abri. Mais il y a effectivement des problématiques de température.” 

Jusqu'à 35°C dans certaines salles

La problématique de chaleur a pris de l’ampleur ces 3 dernières années : “On a fait, l'été dernier, en 2022, une campagne sur plusieurs semaines de mesures des températures en juin-juillet. On s'est retrouvé avec des températures dans les classes qui pouvaient aller de 28°C, ce qui est censé être le niveau limite où on garde un confort acceptable, jusqu'à 35°C. Ce qui est évidemment beaucoup. On sait qu'on est dans une situation compliquée”, indique Rémi Chabrillat. 

Une rénovation énergétique programmée 

Au 2ème étage, dans une classe de CM2, les bouteilles trônent sur les tables, à côté de la trousse. Et régulièrement, l’enseignant les invite à faire une pause pour boire ou remplir leur gourde. Ils font le plein toutes les heures. Dans cet établissement des années 50, on attend avec impatience les rénovations promises, selon Sébastien Pireyre, directeur de l'école élémentaire Nestor-Perret : « On fait partie des écoles qui sont dans le projet de rénovation énergétique de la municipalité. On peut penser que dans les années à venir, ce sera un peu mieux. »

durée de la vidéo : 00h01mn24s
Trop chaud dans les classes, la canicule s'invite en cette rentrée 2023. A l'école Nestor-Perret de Clermont-Ferrand, la vigilance est de mise dans les salles de classe ce mardi 5 septembre. ©France Televisions

Des solutions à moyen ou long terme sont mises en place par la Ville, explique l’adjoint : “Il y a la rénovation des écoles. Des groupes ont été rénovés, Alphonse-Daudet, par exemple et d'autres rénovations sont planifiées : 3 ou 4 entre cette année et l'année prochaine". Ces rénovations vont prendre du temps, donc parallèlement, des travaux de moindre ampleur pourront être réalisés dans les écoles les plus prioritaires l'année prochaine : des stores extérieurs, des brise-soleils orientables... La question est également à l’ordre du jour pour les constructions et les rénovations plus poussées d’établissements scolaires : “On ne sait pas toujours que les problématiques d'isolation ne sont pas tout à fait les mêmes ou peuvent ne pas être les mêmes quand on se préoccupe de la chaleur ou pour lutter contre le froid. Il faut se poser cette double question. On travaille également sur la toiture, les combles, les ouvrants...” 

"On n’est jamais à l'abri d’un petit coup de chaleur"

Chez les tout-petits, la vigilance est accrue. Des ventilateurs ont été commandés. « On n’est jamais à l‘abri d’un petit coup de chaleur. Typiquement ce midi, j’ai une élève qui s’est endormie pendant le temps de récréation, je pense que c’était un coup de chaud » raconte Laura Le Goff, professeure des écoles. Point positif ici, la cour : fini le béton brûlant, des espaces verts permettent de trouver un peu de fraicheur en attendant des jours meilleurs. En effet, les cours de récréation sont également scrutées à la loupe, selon Rémi Chabrillat : “On sait que de la même manière qu'avoir des espaces verts en ville, avoir des cours vertes contribue à stabiliser voire à faire baisser la température. On sait qu'il y a des différences qui peuvent être de 5 à 6°C.” Déjà, plusieurs cours d'école ont été végétalisées et 5 autres rénovations sont prévues entre cet hiver et l'année prochaine. Le total de ces rénovations s’élève à plus de 3 millions d'euros. Lors des périodes scolaires mais aussi dans le cadre des centres de loisirs, sont mis en place régulièrement des repas froids.