Comment ce collège du Puy-de-Dôme a divisé par 3 le gaspillage alimentaire

Le collège Marcel-Bony à Murat-le-Quaire (Puy-de-Dôme) a inauguré son self collaboratif. Il permet aux enfants de devenir acteurs de leur propre repas en définissant les quantités. Cela repose sur un système de buffets libres pour les entrées. Ce type de self permet de réduire le gaspillage alimentaire et de mieux manger.

Un ilot comme réponse au gaspillage alimentaire. A la cantine du collège Marcel-Bony de Murat-le-Quaire (Puy-de-Dôme), les entrées sont proposées en self-service. Les élèves se fixent, eux-mêmes, les quantités répondant à leur appétit. Maya, élève de 6ème, explique : « Avant, on jetait beaucoup plus alors que là, comme tu choisis ce que tu manges, on jette moins ». Jules, en 5ème, ajoute : « Ça ne sert à rien d’avoir beaucoup de nourriture si on ne mange pas tout ! »

Moins de nourriture jetée

Les plats chauds sont toujours servis par la cuisinière en respectant les choix de chacun et chacune. Ce système permet de responsabiliser les élèves et de moins gaspiller, selon Stéphane Bazoud, technicien en cuisine et formateur du conseil départemental du Puy-de-Dôme : « Sur les collèges du Puy-de-Dôme, on travaille sur le gaspillage alimentaire depuis plus de 10 ans. On est à peu près à 80g (NDLR : par assiette) de gaspillage sur un collège sans équipement de self collaboratif. Avec ces équipements, on tourne en moyenne autour de 30g. On divise quasiment par 3 le gaspillage. »

durée de la vidéo : 00h01mn34s
Le collège Marcel-Bony à Murat-le-Quaire (Puy-de-Dôme) a inauguré son self collaboratif. Il permet aux enfants de devenirs acteurs de leur propre repas en définissant les quantités. Cela repose sur un système de buffets libres pour les entrées. Ce type de self permet surtout de diviser le gaspillage alimentaire et aussi de mieux manger. ©France Televisions

Des produits de meilleure qualité

Les élèves gaspillent moins et les quantités diminuent. Cela permet de dégager des économies financières réinvesties dans une bonne alimentation, selon Valérie Tournadre, cuisinière : « Je fabrique moins, donc automatiquement, je peux me permettre de prendre beaucoup plus de produits locaux. Toutes mes entrées sont fraîches. » Autre avantage : l’assiette unique permet moins de vaisselle donc moins d’utilisation d’eau. Le collège est allé jusqu’à recycler l’eau de boisson pour arroser les jardins. Bilan de l’opération : 26 grammes par élève. L’objectif est atteint, plus qu’à le maintenir. C’est le 17ème self collaboratif ouvert dans un collège.

- Propos recueillis par Romy Ho A Chuck, France 3 Auvergne