Coronavirus. Puy-de-Dôme : l'hommage d'un village à son médecin mort du COVID 19

Un médecin généraliste du Puy-de-Dôme est décédé des suites du Covid-19. Le Dr Jérôme Valette s'était installé à La Tour d'Auvergne en 2003. / © V. Isore/MAXPPP
Un médecin généraliste du Puy-de-Dôme est décédé des suites du Covid-19. Le Dr Jérôme Valette s'était installé à La Tour d'Auvergne en 2003. / © V. Isore/MAXPPP

Il était l'unique médecin du village. Le Dr Jérôme Valette, installé depuis 2003 à La Tour d'Auvergne dans le Puy-de-Dôme, est décédé des suites du coronavirus mercredi 22 avril à l'âge de 65 ans. La municipalité va ouvrir un registre de condoléances. 

Par SM

Sur le versant ouest du Massif du Sancy, la nouvelle secoue le village de 700 habitants. Le Dr Jerôme Valette, l'unique médecin de La Tour d'Auvergne, est décédé des suites du COVID 19 mercredi 22 avril au CHU de Clermont-Ferrand, à l'âge de 65 ans. Le 6 avril, la mairie avait été informée qu'il souffrait du coronavirus. Au-delà des inquiétudes qu'avait suscitée cette information parmi la population, aujourd'hui la tristesse est grande. 

"Il a été dévoué à sa clientèle, il est mort en allant au front", souligne Marie-Madeleine Fereyrolles, maire de La Tour d'Auvergne.

 
Le Dr Jérôme Valette exerçait à La Tour d'Auvergne.
Le Dr Jérôme Valette exerçait à La Tour d'Auvergne.

Un médecin humanitaire devenu médecin de campagne

Le praticien, père de deux enfants, s'était installé avec sa famille sur la commune en 2003. "Né à Abidjan en Côte d'Ivoire", "il avait souhaité 'se poser' après avoir effectué une longue carrière de médecin humanitaire. A travers le monde, durant cette période, il avait fait face à toutes les plus grandes crises sanitaires de l'ère moderne en particulier en Asie et en Afrique (...) Il a poursuivi sa mission avec courage jusqu'au bout et en toute discrétion (...) Il a donné sa vie pour soigner nos vies", souligne la municipalité dans une nécrologie publiée sur son site internet.

"Au début, quand j'ai appris qu'il avait contracté le Covid-19, je n'ai pas voulu le croire, avec toute la carrière qu'il a faite, ce par quoi il était passé", confie Marie-Madeleine Fereyrolles.
L'élue décrit un médecin optimiste, "toujours prêt à réconforter ses patients, les rassurer". Et elle n'est pas la seule à rendre hommage à celui qui avait "souhaité cette vie de médecin de campagne". 

"C'était quelqu'un qui avait toujours le sourire, d'accueillant, de très sympathique. Je suis commerçante, donc au niveau des rendez-vous, c'était compliqué. A chaque fois, il nous recevait le soir. Ca ne lui faisait pas peur de nous accueillir jusqu'à 20h30", témoigne Aurore Biotteau, gérante d'une épicerie. 
"Le peu que je l'ai vu, il était toujours là pour tout le monde, entre les matins au cabinet et les après-midis chez les gens, on le voyait toujours en voiture... C'est triste pour le village et pour sa famille", raconte une autre commerçante.

Fabrice Legrand, pharmacien, le connaissait bien. "C'était vraiment quelqu'un de très bien. Sa disparition a choqué et attristé beaucoup de monde. On gardera l'image d'un médecin entièrement dévoué à ses patients, quelqu'un de très courageux (...), de positif, d'une grande culture qui avait souvent aussi un trait d'humour. A l'échelle d'un village comme le nôtre, c'est un événement considérable", dit-il. 

Le premier médecin décédé du Covid-19 dans le département

"Il y a des médecins touchés, certains sont hospitalisés, mais aucun n'était décédé jusque-là. C'est le premier médecin généraliste décédé du Covid-19 dans le département", souligne le Dr Henri Arnaud, président du Conseil départemental de l'Ordre des médecins du Puy-de-Dôme. "On parle de tous les soignants dans les hôpitaux qui font un travail merveilleux. Le médecin généraliste est aussi exposé, il est en première ligne. C'est pourquoi nous avons mis en place avec l'ARS (ndlr, Agence Régionale de Santé) 12 centres Covid-19, dont le plus proche pour la Tour d'Auvergne se trouve au Mont Dore, afin d'accueillir les personnes qui présentent des symptômes et d'éviter que les médecins ne soient contaminés par leurs patients. Il y aussi les consultations téléphoniques et la téléconsultation, même si la téléconsultation, c'est moins facile à la campagne qu'en ville", ajoute-t-il.

Dès vendredi matin, un registre de condoléances sera installé dans le hall de la mairie. A la demande de la famille, ceux qui le souhaitent pourront aussi faire un don en faveur du CHU de Clermont-Ferrand, une urne sera mise à disposition. La Tour d'Auvergne a perdu son médecin de campagne... Malgré le deuil, la municipalité doit aussi préserver l'accès aux soins de ses administrés. Les lundis, un remplaçant assure désormais une permanence. Mais selon les élus, c'est insuffisant pour répondre aux besoins. La municipalité va donc devoir trouver un successeur au Dr Jérôme Valette, dont beaucoup retiendront le dévouement.
 

 

Sur le même sujet

Les + Lus