Les Côtes d'Auvergne, des vins volcaniques en quête de reconnaissance

Boudes, Corent, Châteaugay, Chanturgue et Madargue… les Côtes d’Auvergne visent une reconnaissance comme vins volcaniques. / © D.Cros/France 3 Auvergne
Boudes, Corent, Châteaugay, Chanturgue et Madargue… les Côtes d’Auvergne visent une reconnaissance comme vins volcaniques. / © D.Cros/France 3 Auvergne

De nombreux viticulteurs du Puy-de-Dôme se sont fédérés dans le but de valoriser les vins Côtes d'Auvergne. Ils visent une vraie reconnaissance des terroirs volcaniques d'Auvergne sur le marché français mais aussi international. 

Par D.Cros

 "Les Côtes d’Auvergne manquent encore de notoriété. Ce qui est très dommage car nous avons des vins très caractéristiques" explique Pierre Desprat, directeur général d’une cave indépendante à Veyre-Monton, près de Clermont-Ferrand. De ce constat de départ, ils ont décidé de promouvoir les vins volcaniques, et notamment les vins d’Auvergne, autour d’une identité commune. 

"Nous sommes les seuls en France à avoir un vignoble exclusivement basé sur le Volcanisme. Boudes, Corent, Châteaugay, Chanturgue et Madargue… les Côtes d’Auvergne sont des vins différents des autres. Nous avons un terroir unique." précise-t-il. Pierre Desprat également Président de l'association Vinora ajoute : "A l’international les portes s’ouvrent. Les gens ne connaissent pas les Côtes d’Auvergne, par contre quand on leur parle de vignoble volcanique, ils veulent goûter".
 

Le Vin volcanique, frais et minéral

Le terroir volcanique donne une empreinte particulière aux vins. Une identité commune basée pourtant sur différents types de sols. Selon les secteurs géographiques, la composition varie : coulée de la lave, basalte, pierres ponces, pépérites ou encore pouzzolane. Les 400 hectares de Côtes d’Auvergne se situent entre 300 et 500 mètres d'altitude. 

"Ce sont des vins qui expriment quelque chose de singulier. Ce ne sont pas des crus comme les autres. Ils ont une signature précise. La singularité est un véritable avantage" explique Philippe Faure-Brac, Meilleur Sommelier du Monde et Président de l’Union de la Sommellerie Française.
"Ces vins ont une vraie identité" explique le sommelier Philippe Faure-Brac. / © D.Cros/France 3 Auvergne
"Ces vins ont une vraie identité" explique le sommelier Philippe Faure-Brac. / © D.Cros/France 3 Auvergne

Les Côtes d’Auvergne sont des vins minéraux, avec une empreinte gustative très marquée. "Ils ont des notes fumées, de pierre à fusil, salées parfois iodées qui sont la vraie expression de la minéralité" souligne-t-il.

Autre atout des Côtes d’Auvergne : la fraîcheur, très appréciée actuellement des consommateurs. "Aujourd’hui, les vins manquent d’acidité, c’est un vrai atout pour les vins auvergnats d’avoir ce répondant de fraîcheur". Un avantage dans l'équilibre et la conservation. Puis il ajoute : "Pour les Gamays ou les Pinots, par exemple, c’est très intéressant d’avoir cette réserve de fraîcheur en plus des tanins et d’une belle concentration en alcool".

Carte volcanique, exprimée mais pas encore exploitée

L’Auvergne est évidemment une terre volcanique. Mais jusqu’ici la communication n’a pas vraiment été orientée dans ce sens. "On n’a jamais mis en avant cela car tous les matins on se lève en voyant le puy de Dôme et la Chaîne des Puys et au fil du temps on ne voit plus ce qui est évident" déclare Pierre Desprat.
Les viticulteurs Annie Sauvat, Jean-Baptiste Deroche et David Pellisier aux côtés de Pierre Desprat Président de l'association Vinora. / © D.Cros/France 3 Auvergne
Les viticulteurs Annie Sauvat, Jean-Baptiste Deroche et David Pellisier aux côtés de Pierre Desprat Président de l'association Vinora. / © D.Cros/France 3 Auvergne

"Nous trouvons notre identité commune basée à la fois sur la géologie et le volcanisme" explique Jean-Baptiste Deroche, viticulteur qui possède 10 hectares de vignes à Neschers. Puis il ajoute : "Le classement de la Chaîne des Puys à l’Unesco nous a aussi amené à réaliser que nous avons un territoire unique et qu’il faut le valoriser".

Pour sa consœur Annie Sauvat, viticultrice à Boudes, le constat est le même : "Le volcanisme fait partie de notre quotidien. Je vois les volcans depuis que je suis petite. Je n’ai pas pensé jusque-là à mettre en valeur ce qui fait partie de mon quotidien".

David Pellisier qui exploite 6 hectares à Boudes ajoute : "Nous avons une production unique en France. Les 25 viticuleurs de Côtes d’Auvergne font leur travail très professionnellement, un peu dans leur coin, sans en parler. Nous devons valoriser et mettre en valeur nos vins".
 

Fédérer les viticulteurs

L’association Vinora organise, le 30 janvier à Vulcania puis du 31 janvier au 3 février 2020 à la Grande Halle d'Auvergne, un Salon international des Vins Volcaniques. Une quarantaine d’exposants viendront faire découvrir aux acheteurs, cavistes, sommeliers, les qualités et les profils des vins volcaniques.

La journée du 30 janvier sera réservée aux professionnels. Elle se déroulera en présence d’autres pays ayant eu aussi une identité volcanique. Parmi les invités : la Sicile, la Grèce, l’Espagne, les Etats-Unis ou encore le Chili. "C’est la première fois au monde qu’un tel salon sera dédié aux terroirs volcaniques. Le but de cette journée est de relier des centaines de domaines volcaniques dans le monde qui ont une identité commune" explique Pierre Desprat.

"L’Auvergne n’a rien à envier à ces pays-là. Nous avons cette vraie caractéristique de minéralité et de fraîcheur" ajoute-t-il. Puis il conclut en disant : "Se fédérer sous l’identité Vins Volcaniques va nous ouvrir de grandes perspectives. L’Auvergne va devenir, je l’espère, une vraie pépite viticole". 

Sur le même sujet

Les + Lus